Pour le retrait de la réforme de l’Assurance chômage, pour notre Sécurité sociale et la conquête de nouveaux droits

Pour le retrait de la réforme de l’Assurance chômage, pour notre Sécurité sociale et la conquête de nouveaux droits

Il y a plus d’un an, Macron nous promettait, la main sur le cœur : «aucune Française, aucun Français ne sera laissé sans ressources».
Aujourd’hui, alors que plus d’un million de personnes supplémentaires ont basculé dans la pauvreté, que fait le gouvernement ? Une réforme de l’assurance-chômage baissant les allocations de plus d’un million de personnes. Des salariés ayant perdu des emplois au SMIC pourraient passer de 966 € d’allocation mensuelle à 219€, mal­gré le « plancher » soi-disant institué par le gouvernement ! Une réforme déjà censurée par le Conseil d’État, dénoncée par tous les syndicats et dont l’UNEDIC démontre les effets catastrophiques. Ces effets n’ont pas été anticipés par ceux-là même qui proposent cette réforme, dévoilant une fois de plus leur incompétence et leur désinvolture vis à vis des gens.
Le gouvernement l’écrit noir sur blanc à l’Union Européenne : pour «relancer la France», les plus précaires et l’ensemble des travailleurs doivent payer la crise, encore une fois. Encore et toujours, en sacrifiant notre modèle social : casse de l’assurance-chômage, réforme des retraites relancée,
Pour les riches et le capital, en revanche, c’est la dolce vita : +55% pour la fortune des milliardaires français en un an de crise sanitaire (130 milliards d’euros), 51 milliards de dividendes versés aux actionnaires du CAC40. Et le gouvernement laisse faire. Et Macron ose nous faire la leçon : «Heureusement que nous avons réduit les impôts» des plus riches et supprimé l’ISF.
Sur tous les sujets, ils prennent les citoyens pour des «gens qui ne sont rien», leur mentant, promettant tout pour au final ne rien faire : «le vaccin doit être un bien public mondial», mais ils votent contre la levée des bre­vets des firmes pharmaceutiques, «un plan massif d’investissement de revalorisation» dans les hôpitaux», mais des lits continuent d’être supprimés. Un an de gestion autoritaire de la crise sanitaire, par un homme seul dans son Palais de l’Élysée, nous mettant pendant 6 mois sous couvre-feu, sans discussions, pendant que les million­naires s’organisent des dîners clandestins.
Ce printemps, face aux attaques répétées du capital servi par un gouvernement méprisant, sortons pour expri­mer notre colère tous et toutes ensemble en même temps,
Ce printemps, sortons pour obtenir avant l’été le retrait de la réforme de l’assurance-chômage et la prolongation des droits au chômage jusqu’à un an après la reprise pour tous les travailleuses et travailleurs en emploi dis­continu. Les jeunes de moins de 25 ans doivent pouvoir toucher le RSA.
Ce printemps, sortons pour défendre nos conquis sociaux, et obtenir de nouveaux droits : une extension de la Sécurité sociale pour tous et toutes, incluant l’assurance-chômage, avec des droits attachés à la personne et non à l’emploi, un revenu pour les jeunes sur le modèle des retraites de nos aînés obtenues après-guerre. Une Sécurité qui protège contre tous les aléas de la vie, telle que l’a pensée son artisan, le ministre ouvrier Ambroise Croizat il y a 75 ans !
C’est pourquoi, dans le cadre de l’appel de la Coordination nationale des lieux occupés à une nouvelle journée de mobilisation pour le retrait de la réforme de l’assurance-chômage, et de celui de la Convergence nationale Ser­vices publics, nous joignons nos forces ce samedi 22 mai pour exiger le retrait de la réforme de l’assurance-chô­mage et en défense de la sécurité sociale !

Pour notre droit à une vie digne, notre droit au bonheur !
«Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu». Berthold Brecht

Cadre d’action : cet événement se veut fédérateur et rassembleur et vise ainsi à permettre à tous et toutes, fa­milles, enfants, anciens, de venir manifester leur opposition à la destruction permanente de notre héritage social et porter de nouvelles conquêtes. Son cadre d’action est donc pacifique, une banderole unitaire sera placée en tête de cortège derrière laquelle défileront intermittents de l’emploi, chômeurs, précaires, étudiants, soignants et travailleurs de tous horizons.

Les personnes âgées ne sont pas de l' »or gris » !

Les personnes âgées ne sont pas de l' »or gris » !

Elles n’ont pas à être les victimes des convoitises des grands groupes de la « silveréconomie » comme des start-up.

Nous ne voulons plus jamais revoir l’hécatombe des personnes âgées dans les EHPAD et à domicile: 20 000 décès, davantage qu’à l’hôpital (17 000)  !

Ce bilan aurait pu être évité :

  • Depuis des années les rapports parlementaires tirent la sonnette d’alarme.
  • Les personnels, les retraités, soutenus par les familles, n’ont cessé démarches et mobilisations.
  • Le rapport officiel de M Libault, président du Haut Conseil de l’âge, établit une explosion des besoins financiers et en personnels dans les années à venir (+ 20 à 30 % d’ici 2030).

Mais aucune mesure positive n’a été adoptée. Bien au contraire :

  • Les financements et les embauches sont refusés, les lits de soins de longue durée continuent à être fermés : plus de 1000 prévus rien qu’à l’Assistance Publique / Hôpitaux de Paris.
  • Le manque d’EHPAD publics entraîne le développement de la «part de marché» du privé. Leurs tarifs prohibitifs ne garantissent nullement une sécurité accrue.

La loi perte d’autonomie qui se prépare doit prévoir :

La prise en charge de la perte d’autonomie sans conditions d’âge.

  • L’annulation des fermetures de lits ou de services .
  • La construction d’EHPAD publics à des tarifs abordables.
  • L’embauche de personnels bien formés et correctement rémunérés : 200 000 embauches sont nécessaire pour avoir le même encadrement qu’en Allemagne.
  • La création d’un grand service public de la perte d’autonomie à domicile comme en établissement, se substituant aux nombreuses officines peu ou pas contrôlées fonctionnant avec des personnels mal rémunérés et laissant en souffrance leurs patients.

Nous refusons le principe d’un financement par «risque», comme le suggèrent les compagnies d’assurances. Nous refusons donc la création d’une 5ème branche et demandons la prise en charge de la perte d’autonomie dans le cadre de la branche maladie de la Sécurité Sociale.

Le ministre de la santé ment: la France n’est pas «la championne» des dépenses de santé, elle est au 12ème rang pour ses dépenses de santé par habitant (Panorama santé OCDE 2019)

Distribuer des centaines voire des milliers de milliards et n’accorder que 2,3 Md pour la perte d’autonomie, et encore qu’à partir de 2024, est inadmissible.

LA CRISE A MONTRÉ QUE LES MOYENS EXISTENT, ILS DOIVENT ÊTRE MIS AU SERVICE DE LA SANTÉ DE TOUTES ET TOUS, PAS AU SERVICE DES EXPLOITANTS DES MINES D’ »OR GRIS« .