Le retour des services publics, méthode Macron

La visite d’Emmanuel Macron en Mayenne le 10 octobre devait marquer  » le retour des services publics dans les territoires »
On pouvait donc s’attendre à des annonces de réouverture de maternités, de services hospitaliers, d’écoles, de bureaux de postes, de lignes ferroviaires, etc.. tant les fermetures depuis quelques décennies ont été nombreuses et lourdes de conséquences en terme d’aménagement du territoire et d’accès aux services publics.

De fait, alors que dans un contexte social particulièrement dégradé les besoins de la population sont plus que jamais avérés, la journée s’est soldée par la promesse de réouverture de six sous préfectures d’ici la fin de l’année…..
Chacun appréciera !  Ce que n’a pas manqué de faire le collectif de défense et de développement de Mayenne dans son communiqué :

 

Télécharger le document

Face à l’urgence sociale et écologique, construire une large convergence

Face à l’urgence sociale et écologique, construire une large convergence

La hausse des prix rend de plus en plus difficile la vie quotidienne de la grande majorité de la population. Les mesures prises par le gouvernement aboutissent à une baisse des revenus réels, alors même que le patrimoine des plus riches et les dividendes versés aux actionnaires ne cessent de croître et que de nouveaux cadeaux fiscaux pour les employeurs sont déjà programmés. De plus, le gouvernement prévoit de nouvelles attaques frontales contre la protection sociale que ce soit sur la question des retraites ou sur l’assurance-chômage, et contre les services publics.

À cette injustice sociale se combine l’inaction du gouvernement face à la crise climatique, dont les événements dramatiques de cet été sont l’illustration emblématique. Cette inaction ne fait que renforcer les inégalités puisqu’elle permet au plus riches de continuer leur mode de consommation, alors même qu’il est le plus destructeur des écosystèmes, et à la plupart des entreprises, en particulier les plus grandes, de continuer à privilégier la logique du profit au dépend du respect des impératifs écologiques.

Dans cette situation, nos organisations syndicales, associations et forces politiques ont décidé d’entamer des échanges afin de construire ensemble un processus de mobilisation populaire pour mettre en échec la politique sociale et climatique menée par le gouvernement et pour imposer les changements nécessaires. Dans ce cadre, nous nous associons d’abord aux mobilisations syndicales déjà prévues les 22 et 29 septembre et à toutes celles qui vont avoir lieu dans les secteurs professionnels et les territoires. Et nous nous reverrons le 12 septembre pour décider ensemble d’éventuelles initiatives communes.