Le Numérique et les services publics de proximité en débat à Tours

Le Numérique et les services publics de proximité en débat à Tours

En zone rurale comme en ville chacun fait le constat de la disparition des services publics. On peut aussi parler de déshumanisation des services publics. Ce constat est fait aussi bien par les usagers qui en souffrent mais également les personnels qui subissent des suppressions de postes au nom de la «numérisation»
C’est à partir de ce constat que la Convergence des services publics d’Indre-et-Loire a invité le 10 novembre Danièle Obono qui avait déposé, à cette époque une proposition de loi pour demander la réouverture des accueils physiques des services publics.
Depuis le 10 novembre le texte a été voté en première lecture à l’Assemblée nationale.

Compte rendu de la réunion publique

Non à la fermeture du bureau de Poste de Créteil Soleil !

Non à la fermeture du bureau de Poste de Créteil Soleil !

La direction de la Poste vient d’annoncer son intention de fermer définitivement le bureau de Poste du Centre commercial régional Créteil Soleil le 28 octobre.

La direction de la Poste a délibérément choisi de n’informer les représentants du personnel de ce projet un mois seulement avant cette fermeture, au dernier moment En les mettant devant ce fait accompli elle exprime son mépris envers les usagères et les usagers, les postières et les postiers.

Ce projet de fermeture du bureau de Créteil Soleil fait suite à la mise en place récente à la fois de la fermeture du bureau de poste de Créteil Mont Mesly tous les mercredis et de la réduction des horaires d’ouvertures des autres bureaux de Poste de Créteil.

La fermeture du bureau de Poste vanaliser les visiteurs fréquentant Créteil Soleil ainsi que les commerçants et les professionnels de santé installés dans le centre commercial. C’est en effet, selon les chiffres communiqués par La Poste, plus de 400 personnes en moyenne qui fréquentait chaque jour le bureau de Créteil Soleil en 2020, malgré la pandémie de Covid et le confinement ! Par ailleurs, la disparition de tous les distributeurs de billets du bureau de Poste va réduire de plus du quart le nombre total de distributeurs de billets présents à l’intérieur du centre commercial

Cette fermeture provoquera pour les usagers du bureau de Poste Créteil Lac un allongement de l’attente, un accueil dégradé en particulier pour les personnes à mobilité réduite. Il en sera de même pour les conditions de travail des guichetières et guichetiers.

Cette décision s’inscrit dans une politique d’austérité qui sape tous les services publics de la santé, de l’éducation, des transport, …. comme l’exprime le projet de budget qui vient d’être rendu public.

Cette politique et cette décision sont inacceptable pour les personnels et les usagers qui sont invités à un RASSEMBLEMENT SAMEDI 28 OCTOBRE A 11H30, Avenue de la France Libre devant la Porte 16 du Centre commercial.

Une pétition est aussi proposée lors d’initiatives de distributions à différentes portes du Centre commercial. Elle est aussi proposée en ligne

Non aux fermetures de guichets dans les gares

Non aux fermetures de guichets dans les gares

Pour répondre aux propos du Premier vice-président de  la Région Bourgogne – Franche Comté justifiant des fermetures de guichets dans des gares, l’ Association pour la Modernisation de la ligne Paris-Bâle (AMPB) et le Comité de vigilance 70 (CV 70) ont souhaité réagir :

Une ouverture des guichets de gare, ainsi qu’une présence physique d’agents SNCF pour accueillir, informer et sécuriser les usagers sur les quais et dans les trains est pour nous une exigence.

Une gare, c’est un lieu qui se doit d’être ouvert, attractif et où chaque voyageur doit trouver des aides, des conseils… et pas seulement des bornes automatiques en libre-service, surtout quand elles ne sont pas simples d’utilisation et qu’elles ne fonctionnent pas toujours.

Des gares fermées, parfois murées, sans moyens de contacts hormis un numéro de téléphone ou une adresse internet sont la caricature et l’antithèse de la société que nous voulons maintenir.

Partir de statistiques pour justifier les fermetures, tous les technocrates et malheureusement certains décideurs politiques emploient ce triste procédé pour réduire les offres de services.

Les gares sont constitutives de nos villes, et parfois encore de nos villages, elles doivent être conservées et améliorées, comme tous les autres services publics. Elles ne se réduisent pas à une activité spécifique, elles participent de la vie économique et sociale et de la qualité de nos communes. Comme on doit réhabiliter le transport ferroviaire (et surtout le fret vu les attaques actuelles) pour des raisons écologiques et économiques, on doit évidemment tout faire pour que les infrastructures nécessaires soient pensées pour répondre aux besoins des personnes et des territoires.

Les usagers de tous les services publics déplorent de plus en plus un accès aux services publics détérioré en raison d’une « dématérialisation excessive ». Le 17 avril dernier, Madame la défenseure des droits a dans son rapport annuel alerté sur les inégalités d’accès aux services publics.

Si la dématérialisation offre de nouveaux moyens d’accès aux services publics et permet de simplifier l’accès aux informations et aux documents administratifs pour une majorité d’usagers, elle comporte un risque de recul de l’accès aux droits et d’exclusion pour nombre d’entre eux surtout quand elle signifie la fermeture totale des guichets de proximité.

Dans ce cas, selon la défenseure des droits, dématérialisation rime aussi avec déshumanisation.

À ce propos, les Rencontres de Lure UN NOUVEL ÉLAN POUR LES SERVICES PUBLICS des 12-14 mai 2023, mobilisant des représentants de 255 organisations, approuvent pleinement ce choix de la proximité et de l’humanisation de nos services publics.

Menaces sur l’hôpital de jour de Lure

Menaces sur l’hôpital de jour de Lure

Après « la scandaleuse éviction » du docteur François ZIEGLER – contre laquelle nous nous sommes battus avec la très grande majorité des patients, des élus, des personnels – les personnels qui ont découvert ce service de neurologie en apprécient le cadre et la qualité. Mais des patients et des personnels désorientés attirent actuellement notre attention sur la décision de fermeture en juillet, voire ensuite  partielle, et à terme risquant de devenir définitive, si le professeur Moulin – chef du service neuro du CHU et doyen de la faculté de médecine de Besançon – venait à décider de ne plus envoyer des médecins sur Lure, lui-même étant très peu présent sur le site Luron.

Ces patients évoquent également des changements de thérapies qui les mettent mal à l’aise alors, disent-ils, que leur traitement antérieur qui leur convenait avait été long à obtenir. Déboussolés, certains auraient quitté le centre de Lure ou n’y seraient pas retournés. Nous ne sommes pas médecins et nous ne nous permettons pas de juger des choix médicaux opérés, mais ce genre de remarque a été plusieurs fois évoqué.

Si ces fermetures se vérifient, nous pensons que ce serait une nouvelle atteinte inacceptable à un service essentiel pour Lure et pour tout le GH70, et cela donnerait malheureusement raison à ceux qui avec nous prévoyaient la discontinuité voire la disparition progressive de ce service, ce que notre président avait d’ailleurs dit à la directrice scandaleusement intransigeante et rigide sur ce dossier.

Plusieurs centaines de patients, à nouveau bousculés, risquent de se retrouver sans possibilités thérapeutiques de proximité convenables et seront peut-être en danger vital pour certains.

Avec les 255 organisations signataires du Nouvel Élan pour nos Services Publics réunis à Lure les 12-14 mai 2023, nous réaffirmons que la gestion de la pénurie se traduisant par des réductions des offres de soins est inadmissible, humainement, médicalement, socialement, et au nom de l’aménagement égalitaire de nos territoires. ARS et direction hospitalière du GH70 doivent enfin prioriser l’intérêt des personnes (patients et personnels) et l’intérêt des territoires, et donc contrer pour une fois  efficacement les désertifications médicales qui nous mettent à mal.
lls doivent tenir leurs promesses de maintien de l’hôpital de jour à Lure qu’ils avaient effrontément affirmés, et servir l’intérêt général.

Face à cette menace de fermeture, le Comité de Vigilance pour la défense des services publics de proximité de Haute-Saône invite tous les patients, personnels et citoyens à un

Rassemblement de soutien

devant l’hôpital de LURE

mercredi 7 juin 2023 à 12h.

Total soutien aux mobilisation pour l’hôpital public à Gray (Haute-Saône)

Total soutien aux mobilisation pour l’hôpital public à Gray (Haute-Saône)

Le Comité de Vigilance 70 apporte un soutien sans faille aux usagers de l’hôpital de Gray, et aux personnels malmenés, que le CV70 a déjà à plusieurs reprises soutenus.

Le service des urgences de Gray, comme nous l’annonçons depuis longtemps, est à son tour dans la tourmente après la disparition des urgences de Luxeuil-les-Bains, la réduction d’ouverture des urgences de Lure et les difficultés des urgences tant à Vesoul qu’à Besançon (25) ou à Trévenans (90).

On gère la pénurie de personnels, au détriment de leurs conditions de travail, mais surtout au détriment des habitants et de tout l’hôpital public (GH70) dont les manques créent une inquiétude généralisée, des difficultés d’accès aux soins multipliés, et engendrent de vrais dangers ou « pertes de chance » selon la formule consacrée.

L'hôpital de Gray se retrouve sans service des urgences pendant 6 nuits, en juillet 2021Si l’absence de moyens est nationale, la gestion est régionale (ARS et GH70) et il nous faut dénoncer les deux niveaux. Au niveau national les divers gouvernements successifs ont montré leur incapacité dans la prévision, leur rigidité dans le maintien d’un recrutement en dessous des besoins, et leur abandon d’un vrai service de santé public de proximité. Ce sont eux les vrais responsables de cette situation dramatique. Au niveau régional et départemental on peut dénoncer le manque de démocratie et la rigidité dans la prise en charge des dossiers, et une caricature de politique prévisionnelle.

Nous dire aujourd’hui qu’on n’y peut rien parce qu’on manque de lits et de personnels, alors que le CV 70, tout comme d’autres collectifs ou associations, dénonce haut et fort cet état de fait depuis une trentaine d’années, est la preuve qu’une fois encore on a délibérément laissé s’effondrer la santé publique et que les besoins essentiels de nos concitoyens ont été totalement sacrifiés à des choix administratifs et budgétaires insensés et antisociaux.

Donc, TOTAL SOUTIEN AUX MOBILISATIONS DE GRAY, TOTAL SOUTIEN AUX MOBILISATIONS DANS TOUTE LA FRANCE POUR RÉTABLIR ET AMÉLIORER NOTRE SERVICE PUBLIC DE SANTÉ, et TOTAL SOUTIEN À LA RENCONTRE NATIONALE DE LURE DES 12-14 MAI 2023 pour défendre, développer et démocratiser tous nos services publics, au côté des actuelles 213 organisations signataires (https://www.nesp2023.com/).

Contre les fractures sociales et territoriales qui minent notre pays, nous avons besoin d’un choc citoyen de grande ampleur.

Lure, le 21/02/2023 –   Le CA du CV 70

SNCF : à quoi joue la SNCF sur la ligne Mulhouse-Paris ?

SNCF : à quoi joue la SNCF sur la ligne Mulhouse-Paris ?

Nouvelle mauvaise surprise pour les voyageurs de la ligne 4 Mulhouse-Paris Est.

Après avoir laissé les guichets de la gare de Belfort ville totalement fermés plusieurs semaines (une manifestation devant la gare avait notamment contribué à dénoncer cette situation, réunissant le 7 décembre dernier syndicats, associations d’usagers et utilisateurs de la ligne 4),

Nouveau coup dur pour les usagers ce jeudi 15 décembre : une affiche indique que les guichets de la gare de Vesoul sont fermés du 15 au 17 décembre, sans explication particulière.

Conséquence négative parmi d’autres : le train de 7h41 ce jeudi matin au départ de Mulhouse a accumulé les retards (arrivée par exemple à Lure à 9h45 au lieu de 8h28) sans aucune explication autre qu’une annonce indiquant 10 minutes de retard puis 30 minutes, puis 1h20, …) et donc retard dans les gares suivantes..

Pour l’Association pour la Modernisation de la ligne Paris-Bâle, Trop c’est trop !

La SNCF va-t-elle enfin se donner les moyens de respecter les usagers, trop souvent « laissés à quai…vide ».

Va-t-elle enfin se donner les moyens d’assurer une présence humaine dans ses guichets, un automate ou autre appareil de distribution –souvent en panne par ailleurs- ne remplacera jamais un agent compétent pour renseigner les voyageurs ?! Va-t-elle enfin garantir la mise en œuvre des plans de transports de manière exemplaire, autrement dit garantir un authentique service public que chaque citoyen est en droit d’attendre ?

Chinon : Sauvons l’hôpital

Chinon : Sauvons l’hôpital

Le Collectif Convergence d’Indre et Loire les Rassembleurs chinonais du Dimanche sont à l’initiative d’un appel pour alert sur la situation du Centre Hospitalier du Chinonois qui est en danger.

Ils constatent ces dernières années que la qualité de soin et d’accueil se dégrade. Ces atteintes à la santé de la population ont connu leur paroxysme récemment avec la fermeture temporaire des urgences, de la materniser et la poursuite accentuée des suppressions de lits. En cause : des moyens humains et financiers insuffisants avec pour conséquence un personnel soignant maltraité et épuisé.

Ils sont citoyens, usagers, membres ou non d’organisations syndicales, associatives ou politiques. Ils partagent toutes et tous la me exigence de disposer d’un hôpital sur leur territoire qui soit en adéquation avec les besoins de sa population. A ce titre ils interpellents les élus et le gouvernement. La loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2023 est mise en débat à l’Assemblée Nationale à partir du 20 octobre. Elle détermine 80% du budgets des hôpitaux.

Ils en appellent solennellement aux pouvoirs publics et aux parlementaires pour que ne soient pas réitérées les erreurs du passé. Ils demandent que soient réévalués les moyens accordés aux hôpitaux, notamment à celui de Chinon. Ils sont déterminés à se mobiliser pour sauver ce Service Public vital.

Ils ont initier une pétition.

Signez la pétition

Ils organisent un premier rassemblement public le jeudi 20 octobre à 20h Salle Olivier Debré, à la mairie de Chion

Le retour des services publics, méthode Macron

La visite d’Emmanuel Macron en Mayenne le 10 octobre devait marquer  » le retour des services publics dans les territoires »
On pouvait donc s’attendre à des annonces de réouverture de maternités, de services hospitaliers, d’écoles, de bureaux de postes, de lignes ferroviaires, etc.. tant les fermetures depuis quelques décennies ont été nombreuses et lourdes de conséquences en terme d’aménagement du territoire et d’accès aux services publics.

De fait, alors que dans un contexte social particulièrement dégradé les besoins de la population sont plus que jamais avérés, la journée s’est soldée par la promesse de réouverture de six sous préfectures d’ici la fin de l’année…..
Chacun appréciera !  Ce que n’a pas manqué de faire le collectif de défense et de développement de Mayenne dans son communiqué :

 

Télécharger le document

Les Ch’tis Douaisiens veulent conserver leur Centre Hospitalier !

Les Ch’tis Douaisiens veulent conserver leur Centre Hospitalier !

 

L’ensemble des murs porteurs de la maison « Centre Hospitalier de Douai » s’effondre : Finances insuffisantes, pénurie de personnels, de lits et ses infrastructures pourtant récentes se détériorent.

Il n’est plus possible pour le gouvernement, leur satellite quest l’ARS (Agence Régionale de Santé) des Hauts de France et le Directeur du CH de Douai de le camoufler.

Aucune décision n’est pour l’instant prise pour stopper cette marche vers le chaos.

Pourtant des solutions existent. Pour stopper la maltraitance du personnel et des patient(e)s, et faire revenir les hospitaliers qui ont quitté l’hôpital, il faut :

Effacer la dette de l’Hôpital, comme celle de tous les hôpitaux publics ;

La mise en stage des personnels de santé toujours maintenus en CDD…

Améliorer les conditions de vie et de travail des personnels hospitaliers qui étaient applaudis pendant la pandémie et qui sont aujourd’hui méprisés ;

Des mesures salariales pour fidéliser les médecins et prioriser leur affectation à l’hôpital…

Déclencher une hausse immédiate des salaires et du point d’indice pour rattraper 12 ans de perte de pouvoir d’achat…

Majorer les heures de nuit, de dimanches et de fériés…

Reconnaître les qualifications ;

Déclencher un plan d’urgence pour la formation avec l’augmentation du nombre de places dans les centres de formation et les facultés de médecine…

Aujourd’hui, il y a urgence, notre hôpital public de Douai est en danger

En diminuant constamment les moyens de l’Hôpital le gouvernement valide la destruction de notre Centre Hospitalier de Douai en développant toujours le plus de PPP (Partenariat-Public-Privé)

Toutes les activités du Centre Hospitaliers de Douai doivent revenir et demeurer en filière publique qui garantisse une prise en charge de qualité, financer à 100% par la Sécurité Sociale !

Nous voulons sauvegarder et développer le Service Public Hospitalier dans le Douaisis et en France.

LA SANTÉ N’A PAS DE PRIX !!!

Signez la pétition

Le 27 janvier, la Convergence des services publics avec les salarié·e·s !

Le 27 janvier, la Convergence des services publics avec les salarié·e·s !

la Convergence de défense et développement des services publics soutient la journée d’action à l’appel des syndicats du jeudi 27 janvier pour l’emploi et les salaires. Elle invite les salariés à y participer massivement.

Les politiques d’emploi et de salaire dans la fonction publique et les services publics sont aujourd’hui responsables d’une crise profonde se traduisant par des effectifs insuffisants et des difficultés de plus en plus grande de recrutement particulièrement dans la santé ou l’éducation. Cela donne lieu au recours en urgence aux retraités, aux agences intérimaires, au recrutement de contractuels sans que ceux-ci ne disposent toujours des formations et parfois des diplômes requis.

Les difficultés actuelles résultent bien des choix effectués visant à réduire l’emploi dans la fonction publique et les services publics eux-mêmes.
La valeur du point d’indice de la fonction publique est inchangée depuis une dizaine d’années, ce qui conduit à chaque augmentation du SMIC à des mesures de rattrapage pour y ajuster le minimum de rémunération . Cela s’accompagne d’une forte réduction de l’amplitude des carrières et d’une baisse de l’attractivité de la fonction publique.

Les solutions gouvernementales et patronales visent à multiplier les primes défiscalisées et « désocialisés » (heures supplémentaires, primes covid, primes énergie…) pour ne pas répondre aux demande de revalorisation des salaires qui s’expriment dans tous les secteurs d’activité. L’objectif visé est de supprimer des ou les cotisations sociales pour rapprocher le salaire net du salaire brut, mais cela se fait au détriment des solidarités : ceux sont ces cotisations (le salaire socialisé) qui permettent de financer la sécurité sociale pour prendre en charge les dépenses dues à la maladies, celles liées à la famille, la retraite.…
Face aux difficultés à vivre de beaucoup de nos concitoyennes et concitoyens, et ouvrit un avenir à notre jeunesse il y a besoin de faire prévaloir d’autre choix en matière d’emplois et de salaire : redévelopper les services publics, embaucher dans tous les secteurs d’activité dans le privé comme dans la fonction publique et les services publics comme dans le privé.
Retrouvons nous tous ensemble dans les manifestations du jeudi 27 janvier.

Paris le 19 janvier 2022