OPACITÉ ET INQUIÉTUDES SUR LE DOSSIER «PRISON DE LURE» DOIT ON PENSER QUE LES PAROLES POLITIQUES ET GOUVERNEMENTALES NE SONT QUE DU VENT ?

Pour la nouvelle Maison d’Arrêt à Lure, les arguments sont très solides et nombreux. Nous

listons les principaux ci-dessous.

Aidez nous à les faire mieux passer dans la population, les syndicats, associations, partis…

Il faut emporter la décision avant octobre (plan pénitentiaire national) sinon nous risquons

d’être rejetés.

1- LÉGITIMITÉ HISTORIQUE de l’emplacement luron en remplacement d’une Maison d'Arrêt sise à Lure
depuis deux siècles.
2- ACCORD DE L’ÉTAT par le biais d’une ministre de la justice en exercice Mme TAUBIRA : il y a
OBLIGATION RÉPUBLICAINE de respecter la parole donnée, au risque de désespérer les acteurs et
populations du secteur et de renforcer le sentiment antiparlementaire et hostile aux politiques, de plus en plus
fort ici.
3- UNANIMITÉ RARISSIME des acteurs locaux pour la réalisation de ce dossier : élus, personnels et
surtout citoyens du secteur. C’est un des très rares endroits en France où la population s’est mobilisée pour la construction d’une prison, en ayant bien compris qu’il s’agissait d’un service public de proximité à conserver.
Plus d’une centaine de mairies ont signé la pétition pour le maintien luron.
4- AMÉNAGEMENT ÉGALITAIRE DU TERRITOIRE ET NÉCESSAIRE COMPENSATION. Lure (et
sa région) est une ville sinistrée par les attaques multiples contre les services publics. Conserver le service
public pénitentiaire est donc une compensation absolument indispensable et prioritaire pour le secteur. La
population et les élus l’ont très bien compris.
5- FORTE VALIDITÉ GÉOGRAPHIQUE du site renforcée par les décisions régionales (Grand Est et
Bourgogne Franche Comté) en faveur des lignes ferroviaires : Belfort-Épinal et surtout Mulhouse-Paris
6- BON AVANCEMENT DU DOSSIER ET FACILITÉS ADMINISTRATIVES ET ÉCONOMIQUES.
L’action conjointe des collectivités locales (Département, ComCom et ville de Lure) permettent de limiter les frais et les temps de construction, ce qui ne peut qu’être favorable pour les finances publiques.
7- Argumentaire renforcé pour une nouvelle prison en mettant en avant une POSSIBLE
PARTICULARITÉ ACCRUE ne devant pas effrayer les prisons proches sur leur avenir :
pourquoi ne pas faire de la nouvelle prison un Centre de détention (longues peines) alors que les plus
proches sont très loin et hors Franche Comté.
 pourquoi ne pas créer un centre carcéral disposant aussi d’un pavillon psychiatrique. Notre secteur
dispose d’un centre sanitaire psychiatrique très important et surtout multi-sites. Là encore, il n’y a pas l’équivalent à de nombreux kilomètres de SMPR-Service Médico-Psychologique Régional (unité au sein d’un établissement pénitentiaire) et les UHSA-Unités Hospitalières Spécialement Aménagées sont rarissimes.
pourquoi ne pas donner suite aux discussions menées à l’époque de Mme TAUBIRA pour la création d’une
section féminine, là aussi ces services sont très rarement présents dans nos régions.
8- Attention, Notre demande ne vise PAS À CONCURRENCER LES AUTRES SITES
PÉNITENTIAIRES PROCHES QUI ONT LEUR PROPRE LÉGITIMITÉ, surtout en terme de proximité et d’humanité que la petite taille garantit. Il s’agit de maintenir un service pénitentiaire de qualité en le renforçant
par des constructions nouvelles plus modernes, plus humanisées et plus adaptées et en le dotant de services que les autres maisons régionales n’ont pas.
RAPPELONS LE : les décisions nationales devraient être prises en octobre. IL Y A URGENCE !!!

C’est pourquoi le comité de vigilance propose à celles et ceux intéressés et notamment aux décideurs de

SE RENCONTRER LE VENDREDI 21 septembre
À 11H MAIRIE DE LURE SALLE INTERSERVICES

Lure le 14/09/2018. Le CA du Comité de Vigilance pour le maintien des services publics de proximité

20 juin Sud Gironde : Quels services publics en ruralité?

Le Mouvement de sauvegarde, de promotion et de démocratisation des services publics en Sud-Gironde se réjouit qu’une telle initiative de la CGT ait lieu en Sud-Gironde. Nous souhaitons que par votre présence vous permettiez à cette initiative d’avoir un franc succès.

Depuis plus de 15 ans notre association enchaîne les actions pour que les services publics et la Sécurité sociale soient sauvegardés face aux attaques conjointes de l’Union européenne, des gouvernements français successifs et du patronat.

Delaveau Jacques pour le Mouvement de sauvegarde et de développement des services publics en Sud-Gironde)
)

Pertuis (84) en grève pour sa poste

Les Postiers de Pertuis n’ayant pas reçu de réponse de leur direction ont décidé de poursuivre la grève. Ils ont distribué ce matin sur le marché de Pertuis un tract expliquant leur revendication.
Nous avons consacré un chapitre à leurs luttes de 2018 sur notre site. Vous pouvez retrouver le texte de ce tract en ouvrant notre site et en cliquant dans le cadre « Agenda du Collectif » sur l’icône de la Poste puis sur l’icône de la CGT en rapport avec le 14 juin 2018 dans la page suivante. Comme les revendications des Postiers s’amplifient, nous avons prévu une pleine page pour la suite de la lutte ou pour de prochaines luttes.
Le Collectif de défense des services publics en Sud-Lubéron soutient cette lutte et appelle les usagers à faire de même.

Cordialement, le Collectif.
email : cdspsl@orange.fr
site : http://cdspsl.fr/

Pour la défense du service public postal à Joinville-le-Pont(94)

Mille signatures pour le service public postal

Les habitants du haut de Joinville demandent que les horaires du bureau de poste Charcot soit les mêmes que celui du bureau de Galliéni dans le bas de Joinville.
Nous ne pouvons pas accepter 2H1/2 d’ouverture par jour au moins empêchant ceux qui travaillent d’aller au bureau de poste avant ou après leur journée de travail. Nous n’acceptons pas plus la fermeture de deux jours du bureau de poste début juin sans explication. Nous n’acceptons pas la fermeture de trois semaines au mois d’août.
Les habitants, usagers du service public postal demande l’égalité de traitement sur tout le territoire. Pour ce faire, nous allons recueillir un millier de signatures devant le bureau de poste, sur le marché de la place du 8 mai et à la sortie du RER. Puis, nous avertirons la presse, le président du conseil départemental,le maire et la direction de la poste.
Contact: convergence.sp94340@gmail.com

Pour la défense du service public postal Rassemblement devant le bureau des Planètes de Maisons-Alfort(94)

Samedi 16 juin à 10h

La directon de la Poste multiplie les décisions de réduction d’activité dans plusieurs bureaux de poste du Val de Marne : à Joinville Charcot, à Coeuilly Champigny dès le 11 mai, à La Pie à Saint Maur le 17 septembre prochain ainsi qu’au Planète à Maisons-Alfort. Elles viennent après des mesures de
même nature dans 14 bureau en 2017, année où la Poste a aussi fermé 4 bureaux . A ces mesures visibles s’ajoutent la dégradation jour après jour de la distribution du courrier. De plus en plus nombreux sont les valdemarnais qui ne reçoivent pas leur courrier quotdiennement.
Cette situaton est la conséquence d’une politque qui loin de répondre à ses missions de service public vise à faire croître les profts de l’Entreprise Poste dont le chifre d’afaire a cru de 60 % en 10 ans mais au prix de la suppression de 40000 emplois.
Cette dégradation du service public postal est inacceptable.Déjà dans de nombreuses localités de notre département des citoyens, des usagers des élus de
toutes sensibilités politiques agissent de différentes manières, sous des formes qu’ils ont choisi pour refuser ces mesures. Notre collectif a chaque fois qu’il a été sollicité est au cotés des usagers.
Mais aujourd’hui nous disons clairement : cela ne peut plus durer.Parce que la Poste avec ses bureaux de proximité, la distribution du courrier est un service
structurant de l’aménagement du territoire, son développement concerne les usagers, les personnels et les élus. C’est la raison pour laquelle nous voulons mettre cette question en débat sur la place publique.
En ce sens nous organisons un rassemblement samedi 16 juin à 10h devant le bureau de Poste des Planètes à Maisons-Alfort auquel ont déjà annoncé leur participaton Monsieur Christan Favier, président du Conseil départemental, Pierre Bell-Lloch vice président du Conseil départemental et de Monsieur Olivier Capitano, conseiller départemental et Maire de Maisons-Alfort.
Lors de cette première initiatve départementale nous demanderons à la direction de La Poste de revenir sur ces décisions tant en matière de réduction des horaires d’ouverture des bureau , de suppression de tournée de distribution du courrier. Faute de réponses positives nous devrons interpeller le ministre de tutelle Bruno Lemaire comme l’a déjà fait le Président du Conseil départemental.
contact:convergence.sp94@laposte.net et 0684123261

29ème rencontres de la Coordination nationale des hôpitaux et maternités de proximité à Lure les 8,9,10 juin 2018

Vendredi 08/06/18 :
• Accueil des participants à partir de 18H.
• 19H : Repas « auberge espagnole » : apportez vos spécialités locales, nous ferons le reste…
• 22H : Départ chez vos logeurs
Samedi 09/06/18 :
• 8H45 : Accueil
• 9H : Début des travaux, Mots du Maire, de la Présidente nationale et du Comité local
• 9H30 : Atelier de travail sur DÉMOGRAPHIE MÉDICALE ET MÉDECINE DE PROXIMITÉ
Intervenants : Professeur Emmanuel VIGNERON, Dr Patrick LAINE.
• 11H : Pause et POINT PRESSE
• 11H 30 : Reprise axée sur la MÉDECINE REGROUPÉE :
Introduction du délégué général de la FNCS Jean Yves LEFEUVRE et synthèse.
• 13H : Déjeuner
• 14H15 : Atelier sur les URGENCES ET LES SMUR ;
Intervenants : Dr Smaïn DJELLOULI (AMUF), Colette RUEFF (SUD), Dr Jean STEFFANN (Gray)
• 16H : Pause
• 16H30 – 17h30 : Reprise et synthèse
• 18H : DÉBAT PUBLIC SUR DÉSERTIFICATION MÉDICALE ET SANTÉ DE PROXIMITÉ animé par
Professeur Emmanuel VIGNERON, Dr Patrick LAINE et Dr Smaïn DJELLOULI
• après 20H30 : Apéritif, intermède musical et Repas
Dimanche 10/06/18 :
• 8H30 : Accueil
• 9H00 : Assemblée Générale : Bilan; point sur notre campagne et SUR LA JOURNÉE DU 23 JUIN
Échanges entre comités : quelles demandes, quelles propositions ?
• 12H30 : Fin des travaux, distribution des paniers repas.

En cas de problème contactez le secrétariat 09.67.04.55.15 ou Denis 06.34.98.74.06

Réunion à Nantes sur les services publics:un bien commun remis en cause

TE-flyer-SP-V2Réunion publique le 20 juin, maison des syndicats, place de la gare de l’Etat
» 19 h – 20 h : ateliers
> Services publics et biens communs
> Le financement des services publics
> Usagers, salariés du public, salariés du
privé : les convergences possibles
> Service publics et solidarité territoriale
» 20 h : pot convivial
» 20 h 30 : débat
> Ouverture par Pierre-Yves Grellier, responsable du collectif
Services Publics (CGT 44).
> Interventions de :
David Cayla, économiste à l’université d’Angers, membre des
Économistes atterrés,
Michel Jallamion, animateur de la convergence nationale des
collectifs de défense et de développement des services publics.
Réunion publique proposée par le collectif TRAVAILLONS ENSEMBLE 44

www.travaillons-ensemble-44.org

Militants syndicaux, associatifs ou politiques de différentes sensibilités appartenant à des
partis – Europe Écologie Les Verts, Parti Communiste, Parti Socialiste, Union Démocratique
Bretonne – ou à des mouvements – Gauche Démocratique et Sociale, Génération·s –

Saint-Malo. Un nouveau collectif pour défendre le service public

Créé en mars 2018, le
              collectif lutte « pour la défense des services publics ».
              Une rencontre citoyenne est prévue le 7 mai.
Créé en mars 2018, le collectif lutte « pour la défense des services publics ». Une rencontre citoyenne est prévue le 7 mai.

Un collectif est né pour défendre les services publics dans le pays malouin. Ses militants préparent un rassemblement le 7 mai 2018.

Saint-Malo compte une nouvelle entité politique : Le collectif des usagers des services publics du Pays Malouin. Un nom long pour un objectif clair : défendre les services publics « qui se trouvent en danger ».

Réunis ce 27 avril 2018 au café D’ici et d’ailleurs de Saint-Malo, les militants ont dévoilé leur projet. « On répond à un besoin dans la région malouine. Les contestations sont nombreuses », assurent les six hommes.

« Quand tout sera privé, on sera privé de tout. » Un sticker collé sur la tablette électronique d’un des membres annonce la couleur. La SNCF, La Poste, les hôpitaux publics… Le collectif se mobilise sur tous les fronts sociaux.

« Notre fonction est avant tout pédagogique. On est là pour discuter avec les Malouins, écouter leurs préoccupations, sensibiliser à l’importance des services publics », résument-ils. De l’éducation populaire, en somme.

Des soutiens de toute la gauche

Malgré le mécontentement exprimé par certains citoyens face aux mouvements de grève actuels, le collectif ne craint pas d’être mal reçu. « Dans les médias, on a l’impression que tout le monde est contre la SNCF. Pourtant, sur le terrain, nous sommes très bien accueillis », certifie Nicolas Guivarc’h.

La semaine dernière, le collectif a distribué ses premiers tracts devant la gare de Saint-Malo. « En une heure, nous avons récolté 100 euros pour la caisse de grève destinée aux cheminots ! », ajoute le militant.

La France insoumise, Europe Ecologie Les Verts, le Nouveau Parti anticapitaliste, le Parti communiste, l’association Attac… Les soutiens accordés au collectif malouin sont à l’image des sensibilités de la gauche : pluriels.

Les membres actifs, eux aussi, viennent d’horizons militants différents. Alors, forcément, ils ne seront pas d’accord sur tout.« Une unité large était nécessaire », soutient l’auteur Gérard Delteil.

« La parole aux luttes », tel est le nom choisi pour la prochaine action du collectif, le 7 mai 2018. Le rendez-vous est fixé à 16 h sur l’esplanade Saint-Vincent. « Nous y attentons des cheminots, des étudiants de Rennes 2, des postiers… » Et des citoyens, assurément.

Renseignements : collusagersspstmalo@gmail.com