Comment débattre, construire, lutter ensemble ?

La Convergence de défense et développement des services publics (La Convergence) est née des actions communes salariés-usagers-élus, menées ensemble, dans les départements, pour défendre des services publics perçus comme vitaux par la population. C’est en Creuse et à Guéret que cette action a trouvé sa traduction avec la mise en place en 2005, par les collectifs locaux de défense et de développement des services publics, de la Convergence comme outil pour unir et mettre en commun leurs actions.

1/ AGIR ENSEMBLE USAGERS-SALARIÉS-ÉLUS

Très vite la Convergence a fait le lien et montré les solidarités entre les territoires ruraux et les milieux urbains, les banlieues avec les mêmes enjeux communs d’égalité de traitement, de solidarité comme de vivre ensemble et de faire ensemble.
Cette démarche reste plus que jamais nécessaire. Chacun peut faire le constat de la limite des actions qui ne prendraient pas en compte les enjeux plus globaux comme une action sectorielle qui ne ferait pas le lien avec ce qui se passe dans le service d’à côté subissant pourtant les effets des mêmes politiques ou comme une action qui se limiterait à la mobilisation des seuls salariés, des seuls usagers ou des seuls élus.
La démarche de la Convergence doit donc s’élargir en prenant appui sur les approches de chacun, en organisant le débat public et en dégageant les points qui permettent de construire des propositions partagées afin d’ unifier les actions.
La question de la refondation et de la reconquête du Service Public est posée à tous. Les solutions libérales montrent leur limite. On le voit avec la crise financière de 2008 et les tentatives de nouvelles régulations mondialisées qui débouchent aujourd’hui sur la montée des tensions internationales, le repli identitaire et l’arrivée au pouvoir ou à la porte de celui-ci de forces réactionnaires et autoritaires. On le voit aussi au quotidien par la substitution des cars Macron au ferroviaire : non seulement elle aggrave les questions de la pollution et du climat, mais elle est également incapable de répondre aux besoins de déplacement des populations, les lignes fermant dès qu’elles ne sont pas assez rentables et les tarifs augmentant au fur et à mesure que le secteur se concentre. De même, ce n’est pas en réduisant à la portion congrue la Sécurité sociale au profit de l’assurantiel qu’on va régler les questions de l’accès aux soins et de la santé. Si une partie de la population ne peut plus se soigner, les répercussions portent sur toutes et tous (maladies, épidémies, etc..). Il faut se poser, à l’aune du 21e siècle, la question de l’élargissement du champ du Service Public associé à un développement de la démocratie et à la construction de nouveaux critères d’efficacité économique, sociale et environnementale des services publics.
Les formes d’organisation des services publics sont principalement celles qui s’organisent naturellement autour des institutions publiques et de leurs représentations démocratiques depuis le niveau local jusqu’au niveau national. Ce sont des administrations, des entreprises publiques. Il peut s’agir d’autres formes, associatives, coopératives ouvrières de production,… qui doivent être intégrées dans une logique de l’intérêt général. Cette question qui nous est posée aux plan local et au plan national l’est, de la même manière, au plan international avec une autre construction de l’Europe, de nouvelles modalités de résolution des conflits, un nouveau mode de développement de l’humanité respectant notre planète. La question d’un nouvel ordre mondial est posée ainsi que celle d’inventer, à ce niveau, des outils communs. La Convergence s’associe et fait siennes les démarches des forums sociaux européens et mondiaux.

2/ DES OUTILS DANS LES TERRITOIRES AVEC LES DIFFÉRENTS COLLECTIFS DE SERVICES PUBLICS, LES MAILLAGES AVEC LES SYNDICATS, LES ASSOCIATIONS DE CITOYENS ET D’ÉLUS

Les collectifs des services publics sont des outils efficaces et démocratiques pour favoriser la mise en commun des approches des usagers, des personnels et des élus, pour les faire travailler ensemble à des propositions pour des services publics répondant réellement aux besoins de la population. Les collectifs peuvent ainsi contribuer à construire le tissu de service public nécessaire dans les territoires et, dépassant la seule défense, faire preuve d’une réelle capacité à élaborer des contre-projets permettant de répondre aux besoins réels de toutes et tous.

De nombreux collectifs ont commencé par défendre tel ou tel secteur, la poste, le rail, la CPAM, l’hôpital… parce qu’il était menacé de disparition par une mesure administrative. En même temps il est clair que l’action menée localement ne peut être que renforcée si elle bénéficie d’une connaissance de ce qui se passe ailleurs. C’est le rôle important que jouent les actions de la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternité de proximité, de la Convergence rail, de la Coordination eau, du Collectif national la Poste et de bien des associations où nous nous retrouvons ensemble au niveau national.
Pour éviter un effet de « silo » où chacun limite sa réflexion et son action à son champ d’activité originel, la Convergence de défense et développement des services publics est l’outil qui à la fois soutient toutes ces initiatives de lutte en défense d’un service public et en même temps avance l’idée de la nécessité d’un lien avec l’avenir des autres services publics dont la présence conditionne la vie locale. En effet, quel professionnel, quelle entreprise, quel habitant viendra dans une localité, une banlieue qui manque des commodités que chacun considère comme indispensables.
Les coopérations entre collectifs permettent d’être présents au plan régional, où se concentrent dorénavant nombre de compétences dévolues précédemment à l’État mais aussi aux autres collectivités.

Au plan national, la Convergence nationale est le lieu de mise en commun réunissant à la fois les apports et les réflexions des organisations nationales et ceux des territoires avec les collectifs locaux. Elle est un outil pour animer la réflexion sur toutes les questions de services publics.
Elle propose ainsi l’organisation de journées d’études et un espace associant les universitaires et les chercheurs. Ces journées permettent d’approfondir les questions qui sont posées à toute la société et de dégager des pistes qui permettent de nous unir. Plusieurs d’entre elles ont été mises en avant lors des Assises du Service Public des 18 et 19 novembre 2016 : la sécurité sociale, l’action pour les services publics au plan international, l’énergie et les enjeux climatiques, une gestion publique de l’eau, les transports publics comme réponses pour le 21e siècle. Ces journées font partie du plan de travail de la Convergence et seront organisées dans les mois qui viennent.
Enfin, toutes les questions des services publics passant par la case de la loi, la Convergence des services publics propose la mise en place d’ateliers législatifs pour traduire en forme de projets ou de propositions de loi les actions qu’elle mène. C’est pourquoi la multiplication des collectifs locaux et le renforcement de la Convergence nationale sont indispensables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *