Face à l’urgence sociale et écologique, construire une large convergence

Face à l’urgence sociale et écologique, construire une large convergence

La hausse des prix rend de plus en plus difficile la vie quotidienne de la grande majorité de la population. Les mesures prises par le gouvernement aboutissent à une baisse des revenus réels, alors même que le patrimoine des plus riches et les dividendes versés aux actionnaires ne cessent de croître et que de nouveaux cadeaux fiscaux pour les employeurs sont déjà programmés. De plus, le gouvernement prévoit de nouvelles attaques frontales contre la protection sociale que ce soit sur la question des retraites ou sur l’assurance-chômage, et contre les services publics.

À cette injustice sociale se combine l’inaction du gouvernement face à la crise climatique, dont les événements dramatiques de cet été sont l’illustration emblématique. Cette inaction ne fait que renforcer les inégalités puisqu’elle permet au plus riches de continuer leur mode de consommation, alors même qu’il est le plus destructeur des écosystèmes, et à la plupart des entreprises, en particulier les plus grandes, de continuer à privilégier la logique du profit au dépend du respect des impératifs écologiques.

Dans cette situation, nos organisations syndicales, associations et forces politiques ont décidé d’entamer des échanges afin de construire ensemble un processus de mobilisation populaire pour mettre en échec la politique sociale et climatique menée par le gouvernement et pour imposer les changements nécessaires. Dans ce cadre, nous nous associons d’abord aux mobilisations syndicales déjà prévues les 22 et 29 septembre et à toutes celles qui vont avoir lieu dans les secteurs professionnels et les territoires. Et nous nous reverrons le 12 septembre pour décider ensemble d’éventuelles initiatives communes.

Faudra-t-il être riche à l’avenir pour se faire soigner, éduquer ses enfants, affronter le réchauffement climatique ?

Faudra-t-il être riche à l’avenir pour se faire soigner, éduquer ses enfants, affronter le réchauffement climatique ?

À la campagne et à la ville, en métropole et en Outre-Mer, la pandémie a démontré, comme à chaque crise, l’absolue nécessité de disposer de services publics correctement dotés sur l’ensemble de notre territoire, d’une sécurité sociale solide, et d’agents publics qui ont les moyens de réaliser leurs missions au service de l’ensemble de la société.

La baisse des impôts et la diminution du déficit et de la dette publique qui constituent le cœur du discours et de la politique portés par l’exécutif, relèvent d’un choix économique et politique qui est une grave faute historique.

Ce mauvais choix historique et politique se manifeste dans un programme qui pousse sans cesse au démantèlement des services publics, alors que ces derniers sont un élément important de réduction des inégalités, d’inclusion sociale. Ils permettent d’agir sur le long terme pour l’intérêt général. Au moment où ils sont plus que jamais nécessaires pour répondre aux besoins de la population et assurer une nécessaire et juste transition écologique, cette volonté d’affaiblir les services publics revient à augmenter ces inégalités.  Ainsi, partout où les services publics reculent, partout où les populations ont le sentiment que la puissance publique les abandonne, on constate la progression de l’extrême-droite.

Économiquement, ce ne sont pas les mesures ponctuelles pour le pouvoir d’achat annoncées qui permettront de compenser l’inflation de cette année et de répondre aux besoins de la population. Face aux nuages qui s’amoncèlent, proposer des chèques cadeaux au lieu de développer les services publics, c’est choisir d’accepter que le salaire ne suffise plus pour vivre. Ce n’est pas non plus ainsi qu’on luttera contre le risque de récession économique lié à une baisse de pouvoir d’achat de l’immense majorité de la population.

Le gouvernement choisit la charité pour continuer à justifier les cadeaux aux plus riches : aucune des mesures annoncées ne conduit réellement à soutenir le service public et à amplifier les solidarités nationales et locales. Pire, leur déstructuration et la diminution des moyens humains et matériels va continuer, dans tous les secteurs :  santé, transports, audiovisuel, poste, énergie, éducation, culture, … Et en même temps se poursuit la casse de la Sécurité Sociale et son endettement forcé.

Il est nécessaire et urgent que le débat public porte sur les moyens et les objectifs des politiques publiques et de leur maîtrise, l’aménagement du territoire, l’augmentation générale des rémunérations, des salaires, des retraites et des pensions, l’amélioration des conditions de travail et de vie, la réorientation de la numérisation des services publics. Et ce afin de remplacer la recherche effrénée du moindre coût et du profit par un objectif central : la couverture des besoins de l’ensemble de la population au nom de l’intérêt général.

Il est urgent de faire des services publics et de la fonction publique des outils au service de la mise en œuvre d’une autre logique de développement, de l’égalité, du plein emploi, articulant la reconquête et la transformation de l’appareil productif et une juste transition écologique.

C’est une exigence qui doit s’exprimer le plus largement possible :

C’est pourquoi 102 organisations syndicales, associatives et politiques convergent pour appeler les usagers, les personnels, les élus et leurs organisations à se mobiliser pour

DONNER UN NOUVEL ÉLAN POUR NOS SERVICES PUBLICS

Usagers, citoyens, salariés, personnels et élus, nous devons nous mobiliser pour la défense, le développement et la démocratisation de nos services publics et de notre sécurité sociale.

Nous lançons donc ce jour une campagne pérenne avec d’ores et déjà une date de mobilisation à dimension nationale programmée les 12, 13 ET 14 MAI 2023 à LURE (HAUTE-SAÔNE).

Télécharger l’appel « Un nouvel élan pour nos services publics »

Télécharger la liste des signataires

Taxons les super-profits des multinationales pour redonner du pouvoir d’achat

Taxons les super-profits des multinationales pour redonner du pouvoir d’achat

Des dizaines de milliards, issus de prélèvements exceptionnels sur les « super profits », sont mobilisables pour lutter contre la baisse du pouvoir d’achat tout en accélérant la transition écologique.

lors que débute ce 18 juillet à l’Assemblée nationale l’examen de la loi sur le pouvoir d’achat, les mesures proposées par le gouvernement et leur financement ne sont pas à la hauteur des enjeux. Pour certaines, ces mesures s’inscrivent à contre-courant d’une transition écologique de toute façon nécessaire, et d’une manière générale les montants mobilisés sont insuffisants au regard de l’urgence.

Ce que propose Emmanuel Macron pour faire face à la crise actuelle ne va en rien améliorer la situation des salarié·es et ne fera que retarder la transition écologique. Par ailleurs, est-il légitime de faire porter cet effort exceptionnel sur la dépense publique, alors que de nombreuses entreprises, dans différents secteurs, ont au contraire profité de la pandémie ou de la guerre en Ukraine pour enregistrer des bénéfices records?

Pour la Convergence et les organisations de PJC, alliance écologique et sociale, l’argent nécessaire est mobilisable : ce sont les superprofits.

Elles ont, à cette occasion publié une tribune sur Médiapart

Lire la tribune

 

 

Liberté pour Julian Assange

Liberté pour Julian Assange

Pour la quatrième année de suite, Julian Assange passera son anniversaire dans la prison de haute sécurité de Belmarsh au Royaume-Uni, connue pour être l’équivalent britannique de Guantánamo.

Après une année en résidence surveillée puis sept dans les locaux exigus de l’ambassade d’Équateur à Londres, cela fait donc plus de onze ans de privation de liberté. La persécution du fondateur de WikiLeaks, menée par Washington, a commencé en 2010 pour des activités de journalisme. En effet, c’est pour avoir révélé des crimes de guerre en Irak et en Afghanistan, mais aussi les turpitudes de la diplomatie états-unienne, qu’un journaliste est pourchassé, torturé, calomnié.

Alors que le Royaume-Uni vient d’approuver (le 17 juin) l’extradition de Julian Assange vers les États-Unis, où il risque jusqu’à 175 années de prison pour « espionnage », il est plus urgent que jamais de se mobiliser pour demander sa libération. Les recours s’épuisent… La France, pays avec lequel le journaliste australien a de nombreux liens, peut et doit lui accorder l’asile politique.

Le mouvement de solidarité s’amplifie mais nous sommes loin du compte pour que les gouvernements entendent raison. C’est pourquoi, à l’occasion des 51 ans de Julian Assange, nous appelons à un rassemblement le dimanche 3 juillet à 15 h place de la République à Paris. Des journalistes, des responsables syndicaux et associatifs, des élus prendront la parole.

Pour la liberté de la presse. Pour les droits humains. Pour les idéaux démocratiques. Pour la justice et la vérité. Julian Assange doit être libéré, protégé et indemnisé.

Dans la rue le 12 mars pour un sursaut écologique et social

Dans la rue le 12 mars pour un sursaut écologique et social

Plus de 20 organisations, dont la Convergence, membres de « Plus jamais ça » viennent de lancer un appel à rejoindre les marches pour le climat et la justice sociale.
Elles viennent de publier l’appel suivant:

L’année 2022 débute sur des chiffres vertigineux : les 7 années les plus chaudes jamais mesurées ont toutes eu lieu depuis 2015, année de l’accord de Paris. La crise sanitaire a plongé des millions de personnes dans la précarité. Les multinationales, leurs dirigeants, leurs actionnaires s’enrichissent de manière toujours plus indécente. Leurs richesses ont explosé pendant la crise, en grande partie via les aides publiques et elles continuent d’alimenter un système productif destructeur pour les peuples et la planète.
Dans ce contexte inédit, les débats politiques devraient se concentrer sur :

  • Les moyens de financer une transformation écologique et sociale de nos économies ;
  • Le développement et l’amélioration des services publics à même de répondre aux besoins de la population, en particulier en matière de santé, de transports et d’éducation ;
  • Des objectifs de réductions des émissions de CO² réellement contraignants pour l’Etat et les entreprises ;
    Un statut protecteur des salarié·e·s afin de réussir la relocalisation et la transformation de pans entiers de notre économie ;
  • Un droit à l’alimentation choisie et de qualité pour tou·tes, s’appuyant une agriculture paysanne et des circuits relocalisés ;
  • Un revenu qui permette au plus grand nombre de vivre dignement en conciliant les enjeux de fin du monde et les contraintes de fin de mois.

Malgré la multiplication des mobilisations et initiatives pour le climat et la justice sociale ces dernières années, nos dirigeant·e·s refusent de prendre leurs responsabilités. Ils et elles favorisent le repli sur soi autoritaire, détournent délibérément le regard et laissent les multinationales et les ultra-riches saboter tout espoir d’un avenir juste et soutenable.
À deux mois de l’élection présidentielle, nous devons rappeler l’ordre des priorités, amplifier la mobilisation et faire de 2022 l’année où la France a enfin pris le chemin d’un avenir juste et soutenable pour toutes et tous.
Pour y arriver, nous qui avons constitué cette alliance d’associations et organisations écologistes et syndicales, appelons à rejoindre en masse les marches pour le climat et la justice sociale qui s’organisent partout en France le 12 mars.

Premier signataires : Action non-violente COP21, ActionAid France, AequitaZ, Alternatiba, les Amis de la terre, Attac, CGT, Confédération Paysanne, Convergence des Collectifs de défense et de développement des Services Publics, Fondation Copernic, France Nature Environnement, FSU, Greenpeace, Le Mouvement pour une Alternative Non violente (MAN), Notre Affaire à Tous, Oxfam, Réseau Action Climat, Union Syndicale Solidaires, la Voix Lycéenne.

Le 27 janvier, la Convergence des services publics avec les salarié·e·s !

Le 27 janvier, la Convergence des services publics avec les salarié·e·s !

la Convergence de défense et développement des services publics soutient la journée d’action à l’appel des syndicats du jeudi 27 janvier pour l’emploi et les salaires. Elle invite les salariés à y participer massivement.

Les politiques d’emploi et de salaire dans la fonction publique et les services publics sont aujourd’hui responsables d’une crise profonde se traduisant par des effectifs insuffisants et des difficultés de plus en plus grande de recrutement particulièrement dans la santé ou l’éducation. Cela donne lieu au recours en urgence aux retraités, aux agences intérimaires, au recrutement de contractuels sans que ceux-ci ne disposent toujours des formations et parfois des diplômes requis.

Les difficultés actuelles résultent bien des choix effectués visant à réduire l’emploi dans la fonction publique et les services publics eux-mêmes.
La valeur du point d’indice de la fonction publique est inchangée depuis une dizaine d’années, ce qui conduit à chaque augmentation du SMIC à des mesures de rattrapage pour y ajuster le minimum de rémunération . Cela s’accompagne d’une forte réduction de l’amplitude des carrières et d’une baisse de l’attractivité de la fonction publique.

Les solutions gouvernementales et patronales visent à multiplier les primes défiscalisées et « désocialisés » (heures supplémentaires, primes covid, primes énergie…) pour ne pas répondre aux demande de revalorisation des salaires qui s’expriment dans tous les secteurs d’activité. L’objectif visé est de supprimer des ou les cotisations sociales pour rapprocher le salaire net du salaire brut, mais cela se fait au détriment des solidarités : ceux sont ces cotisations (le salaire socialisé) qui permettent de financer la sécurité sociale pour prendre en charge les dépenses dues à la maladies, celles liées à la famille, la retraite.…
Face aux difficultés à vivre de beaucoup de nos concitoyennes et concitoyens, et ouvrit un avenir à notre jeunesse il y a besoin de faire prévaloir d’autre choix en matière d’emplois et de salaire : redévelopper les services publics, embaucher dans tous les secteurs d’activité dans le privé comme dans la fonction publique et les services publics comme dans le privé.
Retrouvons nous tous ensemble dans les manifestations du jeudi 27 janvier.

Paris le 19 janvier 2022

COP26 : Appel à mobilisation le 6 novembre pour la justice climatique

COP26 : Appel à mobilisation le 6 novembre pour la justice climatique

Chaque année bat un record de hausse de la température mondiale. Chaque année, les catastrophes climatiques se multiplient partout dans le monde. L’été 2021 en est la triste confirmation : incendies, inondations, ouragans, sécheresses, canicules… Les plus pauvres en subissent toujours plus dramatiquement les conséquences, en particulier dans les pays du Sud. La pandémie de la Covid 19 a par ailleurs mis en lumière les impacts irréversibles, y compris sur la santé, des attaques contre la biodiversité.

Le dérèglement climatique, c’est notre présent à toutes et tous, partout dans le monde. Phénomène global, il appelle des réponses mondiales : baisse massive des émissions de gaz à effet de serre, lutte contre les pollueurs et le système productiviste qu’ils nourrissent, solidarité internationale entre les pays riches et le Sud global, justice sociale et protection des droits humains doivent être les principes directeurs de l’action pour la justice climatique.

Six ans après l’accord de Paris, c’est ce qui devrait guider les États à l’occasion de la COP26 qui se déroulera à Glasgow du 31 octobre au 12 novembre afin de maintenir la hausse des températures en dessous de la barre des 2°C, voire 1,5°C.

Mais, depuis 2016, nos dirigeants en sont encore à discuter des moyens à mettre en oeuvre face aux changements climatiques ou à tenter de verdir leurs images, en même temps que celles de nombreuses entreprises multinationales qu’ils soutiennent, sans engagements à la hauteur. Ils soutiennent le développement de fausses solutions, le greenwashing et la fuite technologique, qui, loin de résoudre la crise climatique, empêchent toute transition réelle.

Les gouvernements des pays les plus riches participent ainsi à un véritable crime climatique.
Nos dirigeants restent sourds aux interpellations, aux pétitions ou aux marches massives à travers le monde. Ils s’assoient sur les rapports du GIEC et les alertes de scientifiques. Ils regardent ailleurs alors que les dérèglements climatiques sont toujours plus nombreux, plus violents et plus meurtriers. Ils criminalisent et ne protègent pas les activistes environnementaux face à une répression qui va jusqu’à des assassinats, certains s’en rendant même complices.

Face à cette inaction climatique, qui devient un véritable crime contre le vivant, c’est aux mouvements populaires, ceux qui défendent les communautés impactées, les peuples autochtones, celles et ceux qui défendent le vivant, aux salarié·e·s et à toutes les personnes convaincu·e·s qu’il faut changer de modèle de production et de consommation de prendre la relève.

Partout dans le monde, la mobilisation citoyenne s’organise : défense des terres et des droits, blocage de projets polluants, actions dans les tribunaux, grèves pour le climat, etc. Elle porte des alternatives et remporte des victoires qui permettent d’enrayer cette machine infernale et de construire ainsi un futur désirable.
En Grande-Bretagne, une coalition de mouvements sociaux et écologistes organise plusieurs jours de mobilisation pendant la COP26 et appelle à des actions partout dans le monde le 6 novembre prochain.
Nous vous invitons à répondre à cet appel en organisant des initiatives, manifestations, rassemblements, actions ou débats publics partout en France autour du 6 novembre. Pour la justice climatique, pour les droits des peuples, pour un autre futur.

Nos mobilisations donneront de l’écho aux mobilisations locales, notamment celles qui appellent à défendre nos terres et nos droits fondamentaux, et aux mobilisations internationales qui entoureront la COP26.
Premiers signataires :

350.org ;
Action Aid ;
Agir pour l’environnement ;
Amis de la Terre France ;
Alternatiba Paris ;
Association Cap à Gauche 19 ;
Assemblée européenne des citoyens AEC HCA-France ;
Attac France ;
Escape-jobs pour l’emploi sans carbone ;
Carré Géo & Environnement ;
CCFD-Terre Solidaire ;
CGT ;
Chrétiens Unis pour la Terre ;
Confédération paysanne ;
CRID ;
Convergence des Services Publics ;
Makesense ;
Fédération Artisans du Monde ;
France Nature Environnement ;
FSU ;
Notre Affaire à tous ;
Purpose Climate Lab France ;
SOL, Alternatives Agroécologiques et Solidaires ;
Unis Pour le Climat ;
Union syndicale Solidaires

La Souterraine : Pour un plan de rupture

La Souterraine : Pour un plan de rupture

Depuis des années, les gouvernements successifs accompagnent les plans de désindustrialisation, subventionnant le patronat et laissant sur le bord de la route, les salarié-·es et leur famille. D’une entreprise à l’autre, la méthode est la même, cruelle, cynique : diminution des commandes de grands groupes (Caterpillar, PSA et Renault…), délocalisation, mise en difficulté des entreprises, précarisation et suppression d’emplois…Ensuite vient le temps des belles promesses, des repreneurs de site accueillis comme des sauveurs, soutenus par des aides publiques pour ensuite mieux les dépouiller.

Depuis des années, les gouvernements successifs détruisent le Service Public,
externalisant et privatisant les parties les plus rentables et diminuant sa bonne marche afin de rendre le service moins efficace pour justifier la réforme au nom d’une nécessaire « modernisation ». Opposer les agentes et agents du public aux salarié.es du privé, prétexter des avantages pour mieux s’attaquer au statut de la Fonction Publique, dénigrer les mouvements de résistance en parlant de « prise d’otage », sont autant d’attaques d’une politique qui n’est plus au service de la population. Là encore, le mépris est au rendez-vous, faisant applaudir le personnel soignant tout en continuant de casser le service hospitalier ou
proposant une minute de silence pour un professeur assassiné dans une Education Nationale de plus en plus dépouillée.

Depuis des années, les gouvernements successifs se soumettent au pouvoir économique, privilégiant le profit à court terme au détriment de l’humain et de l’environnement, désertifiant les territoires ruraux et ghettoïsant les quartiers populaires. Alors que le réchauffement climatique et la pandémie démontrent qu’on ne peut dissocier le social de l’environnement et que l’urgence nécessite une prise en compte mondiale du problème, les résolutions de la COP 26 ne sont pas à la hauteur des enjeux, continuent dautoriser une consommation d’énergie de plus en plus importante et le chacun pour soi, tout en
culpabilisant nos comportements individuels.

Et pourtant, notre monde ne manque pas de richesses. L’économie mondiale continue de prospérer mais comme le dit OXFAM, « l’écart entre les riches et les pauvres ne cesse de se creuser : au sommet, les richesses s’accroissent de façon vertigineuse, tandis qu’elles diminuent au bas de l’échelle. Depuis 2015, 1 % de la population mondiale est plus riche que l’ensemble des 99 %. » Les derniers scandales des Pandora Papers et ses dizaines de milliards échappant à l’impôt, « légalement » nous dit-on encore sans sourciller, sont à mettre en
parallèle avec les 100 € offerts gracieusement par le gouvernement aux personnes vivant avec moins de 2000 € par mois pour pallier la montée du prix du carburant, du gaz, de l’électricité.

Assez de mépris !! Assez de mensonge !! L’Histoire n’est pas finie, organisons la riposte !

Moins d’emploi, moins de salaire, moins de Service Public, moins de protection sociale pour la majorité de la population, pour nous, les premières et premiers de cordée, les productrices et producteurs de richesse, ceux et celles qui pourtant font vivre au quotidien les valeurs de la démocratie. N’attendons pas de sauveur suprême dans les rangs de celles et ceux qui nous exploitent jour après jour et détruisent la nature, et prenons nos affaires en main.

Nous appelons les travailleuses et travailleurs, les agentes et agents, les usagères et usagers, les élu.es, les citoyennes et citoyens de Creuse et d’ailleurs à se réunir le 18 décembre 2021 à La Souterraine afin de faire entendre notre voix.

Nous ferons entrer dans le débat public le projet de loi écrit par les GM&S pour que plus jamais, les salarié-·es ne soient jeté-·es comme des mouchoirs par des donneurs d’ordres qui ont le droit de vie ou de mort sur les sous-traitants. Cela dure ainsi depuis des années et les restructurations sont banalisées. A la merci de ces donneurs d’ordres, trop de salarié-es de la ditions de travail, ou même comme les GM&S, se voient licencier.

Nous relaierons l’appel du collectif « plus jamais ça » qui affirme : « une opportunité historique nous est donnée : celle d’une remise à plat d’un système injuste, climaticide et sexiste. Celle de réaliser les changements politiques nécessaires, les plus importants de ces dernières décennies. Celle d’un progrès collectif, jamais réalisé depuis des générations, pour un monde juste et durable. Celle de construire un monde « d’après » qui profite à toutes et tous et non plus à une minorité privilégiée, et préserve notre avenir et celui de la planète. »
Toutes et tous, ensemble, exigeons un monde meilleur pour nous et pour les nouvelles générations. Capitalisons nos colères et construisons ensemble le jour d’après, celui qui marquera enfin la disparition de l’exploitation et de sa classe dominante. Un monde, juste, féministe, solidaire, écologique et durable !

Cette mobilisation est une première étape d’un mouvement qui a vocation à s’amplifier et à imposer dans le débat national préélectoral une alternative aux politiques libérales mortifères, au saccage de la planète et aux idées nauséabondes d’extrême droite.