Communiqué de l’intersyndicale du secteur de l’aide aux personnes âgées : C’est maintenant que le gouvernement doit répondre au renforcement des effectifs et à l’augmentation des rémunérations !

Communiqué de l’intersyndicale du secteur de l’aide aux personnes âgées

 C’est maintenant que le gouvernement doit répondre

au renforcement des effectifs et à l’augmentation des rémunérations !

 

Les 10 organisations syndicales et l’AD-PA se sont réunies le mardi 11 décembre pour faire un nouveau point sur la situation des établissements publics et privés (Ehpad, unités de vie protégées Alzheimer…) et des services d’aide à domicile pour personnes âgées.

Depuis plus d’un an nous ne cessons de réclamer une audience auprès du Chef de l’Etat. Elle  vient de nous être à nouveau refusée par un courrier du chef de cabinet de l’Elysée en date du 28 novembre au prétexte que la Ministre de la santé aurait engagé une concertation citoyenne sur l’aide à l’autonomie et que par ailleurs, le chef de l’Etat « serait pleinement mobilisé pour apporter des réponses concrètes, durables et ambitieuses… ». Qu’en est-il exactement ? Aucune mesure d’urgence ! Que de la  concertation ! Quel mépris !

Surtout lorsqu’avec tous les salariés, nous ne pouvons que constater, que depuis la mobilisation et la grève inédite du 30 janvier 2018, rien n’a véritablement changé dans le quotidien des personnes âgées en matière d’accompagnement, ni pour les personnels. L’importante augmentation des accidents de travail en établissement, comme à domicile, témoigne de la dégradation des conditions de travail. En effet, le taux de sinistralité est passé de 94,6 pour 1 000 salariés en 2016 à 97,2 en 2017, alors que la fréquence des accidents avec arrêt s’est établie à 33,4 pour 1 000 en moyenne dans les autres secteurs (quant au BTP, la sinistralité a reculé de plus de 3% en 2017, représentant 56,8 AT pout 1 000 salariés en 2017).

Il est tout aussi inacceptable de constater que depuis 2017 la suppressions de 77 000 emplois selon dont la Dares, a grandement pénalisé les structures. Nous demandons leur réembauche sur des emplois permanents et statutaires.

Pour tous nos collègues, cette situation est intolérable et leur colère, comme celle des gilets jaunes, est légitime, face au mépris et au refus de répondre sérieusement à leurs principales revendications.

Dans ce contexte, les 10 organisations syndicales et l’AD-PA, qui constituent l’intersyndicale « du secteur de l’aide aux personnes âgées», ont décidé de tenir une conférence de presse le jeudi 20 décembre.

S’appuyant sur la dynamique du mouvement social de ces dernières semaines et de marquer l’anniversaire de la première grève nationale, l’intersyndicale considère que la tâche de l’heure est à la discussion avec tous les salariés du secteur des personnes âgées en leur proposant de tenir 1 000 réunions ou assemblées générales qui, au travers des motions, s’adresseront au Chef de l’Etat en  réaffirmant les revendications en matière des ratios de personnels (un agent pour un résident)  et  d’augmentation immédiate des salaires et des rémunérations.

L’objectif est de  centraliser celles-ci au plus tard le 31 janvier 2019. Nous les porterons ensuite à l’Elysée pour qu’enfin nous soyons reçus et que le Président réponde à nos revendications, seule condition permettant de modifier substantiellement la situation actuelle dans ce secteur. Dans le cas contraire, les organisations syndicales et l’AD-PA s’appuyant sur ces motions, décideront des suites à donner à ce mouvement de résistance qui a débuté depuis bientôt un an.

Inscrivez-vous aux débats et travaux de notre assemblée générale des 14, 15 et 16 décembre 2018 – Maison des syndicats, 11 rue des archives 94000 Créteil

 

Pour consulter le programme : C’EST ICI !

Pour consulter le programme : C’EST ICI !

Pour télécharger le programme : C’EST ICI !

Pour toute question, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante :  ConvergenceServicesPublics@gmail.com ou par téléphone au 060810445 

PAIEMENT

il est conseillé de payer en ligne avant le 3 décembre, pour le paiement par chèque merci de le mettre  à l’ordre de ConvergenceSP et d’envoyer vos chèques à Bernard Teper, 1 allée jean Poncelet, 94000 Créteil

Propulsé par HelloAsso

Programme de l’assemblée générale des 14, 15 et 16 décembre 2018 – Maison des syndicats, 11 rue des archives 94000 Créteil

Vendredi 14 décembre

Accueil à partir de 18h

Discussion sur le déroulé de l’AG, les débats, les questions et axes de réflexions à mener…

19h30 : Dîner Auberge Espagnol (tout le monde apporte des spécialités et on met en commun).

Samedi 15 décembre – entrée libre –

Pour info : tout au long de cette journée, notre toute jeune équipe de communication recueillera vos témoignages vidéos de vos luttes, vos espoirs, vos doutes … merci à elles et à eux !

9h :  Ouverture des portes, petit déjeuner offert

9h30 :  Début des travaux

9h45 – 12h : Ateliers «Comment converger, se mobiliser, gagner ?»

atelier n°1. action publique 2022: fin des services publics et de la fonction publique, mythe ou réalité ? Peut-on enrayé leur destruction ? Comment ?

atelier n°2. sécurité sociale : santé, retraites, où en est-on ? Comment converger, mobiliser, gagner ?

atelier n°3. Construisons ensemble un service public de la poste du 21ème siècle

atelier n°4. Eau, vers de nouveaux services publics

atelier n°5.  Education-formation-orientation : quel avenir ? (à confirmer)

D’autres ateliers peuvent être proposé en écrivant à Convergence sous réserve que l’animation soit tripartite : syndicats -élu-e – association

12h15 – 13h30 :  Repas sur place par la Confédération  paysanne (participation libre)

13h30 – 14h30 :  Restitution des ateliers

14h30 – 17h :  Échange et débat avec des responsables syndicaux associatifs et politique;

 «Destruction des services publics et de la sécurité sociale, Ensemble, que faisons-nous ? »

17h15 – 18h30 : Bilan financier, compte-rendu d’activité, élection du CA

18h30 – 20h : «Comment développer et renforcer la Convergence ?»

Comment créer et développer les collectifs, aider à la mobilisation citoyenne, aux convergences usagers-salariés-élus ? Quelles propositions ?

Dimanche 16 décembre

9h – 12h 

Petit déjeuner offert .

Conseil d’administration Ouvert à toute et à tous

Bilan de l’AG – élection du bureau- feuille de route et calendrier – répartition des travaux.

INSCRIPTION  : C’EST ICI !

POUR TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME : C’EST ICI ! 

POUR LE SERVICE PUBLIC POSTAL POUR TOUS LES SERVICES PUBLICS DE PROXIMITÉ

La Poste mène depuis maintenant des années une politique de destruction du service postal.. Elle cherche à diminuer de manière colossale les bureaux de plein exercice. Tous les territoires ruraux et urbains, y compris dans les quartiers sensibles, sont touchés par des fermetures. Ces bureaux sont remplacés par des agences en mairie, ou des commerces, ou rien…
Ainsi, à Vaivre, près de Vesoul, le bureau a été fermé deux semaines en août « en raison des prévisions de restriction d’activité pendant la période estivale » et la municipalité craint une prochaine restriction des horaires d’ouverture. Deux usagers ont fait signer spontanément une pétition de protestation qui a recueilli plus de 1200 signatures.
Le Comité de vigilance pour le maintien des services publics de proximité en Haute Saône soutient cette initiative comme toutes celles qui visent à défendre et à améliorer tous les services publics, notamment dans nos territoires actuellement ceux concernant les transports (Paris-Bâle, guichets menacés…), les trésoreries (risques sur Champagney, Villersexel, Gy…), la pénitentiaire (maison d’arrêt de Lure promise mais non actée), la santé (regroupement de services et manque de professionnels)…
Pour nous le SERVICE PUBLIC POSTAL malgré son changement malheureux de statut, reste un essentiel service public qui contribue autant que d’autres à maintenir le ciment social et citoyen et à assurer la solidarité territoriale dans notre pays.
Ces nouveaux points de contacts sont loin de faire les mêmes opérations que les bureaux de poste de plein exercice. Tout juste du dépannage, un service bancaire très réduit, pas ou peu de confidentialité, aucune réelle garantie de pérennité.
En région Franche Comté, La Poste ambitionne de passer de 196 bureaux à 67 en fin d’année 2018 !!!
Pour préparer le terrain, les bureaux sont d’abord fermés pendant la période estivale et pendant les absences du personnel car les moyens de remplacements sont insuffisants. Les horaires d’ouverture au public sont réduits et morcelés, obligeant ainsi les usager.e.s à prendre d’autres habitudes, faire des services en ligne ou même renoncer à des opérations.
La distribution est aussi maintenant problématique avec les suppressions d’emplois et les réorganisations récurrentes qui dégradent la qualité du service rendu. Le secteur de Vesoul va y être confronté fin octobre.
Les personnes âgées, en difficulté sociale, à mobilité réduite sont les plus pénalisées par la disparition des services publics de proximité.
La prise de contrôle de la Poste par la Caisse des Dépôts et Consignation à grand renfort de communication est présentée comme la création d’un pôle public financier. Le maintien de fermeture de bureaux serait un bien mauvais signe.
C’est pourquoi le Comité de vigilance préconise un moratoire des fermetures de bureaux et l’ouverture d’un débat ouvert à toutes et tous, usager.e.s, élu-es, associations, syndicats, sur le service public postal.
Le conseil d’administration du Comité de Vigilance de Lure
Lure le 10/10/2018

Mobilisons-nous pour un véritable plan pauvreté !

La lutte contre la grande pauvreté exige un plan d’urgence prioritaire. 9 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, dont un enfant sur 5 ! Un million de travailleurs vivent avec moins de 850 euros par mois. Le taux de non recours du RSA atteint 35%.

Le plan Macron est-il à la hauteur de la situation ? Non.

Certes, quelques mesures ont été arrachées par les associations de solidarité : aide à l’accès des enfants aux crèches, petits déjeuners à l’école, formation obligatoire 16-18 ans pour les décrocheurs, quelques mesures de simplification pour l’accès aux soins. Mais toujours pas de revalorisation des salaires, des retraites, du RSA ni des indemnités chômages… Aucun effort conséquent pour l’hébergement des familles et contre la spéculation immobilière. Aucun droit à la formation ni de ressources pour tous les jeunes en difficulté. Mesures insuffisantes et dérisoires pour lutter contre le renoncement aux soins, les déserts médicaux, contre la pauvreté des migrants ni pour leur accès aux soins.

Pire, la baisse du budget emploi, la désindexation et donc la baisse des allocations familiales, des retraites et des allocations logement, prévues dans le budget 2019, va faire basculer de nombreuses familles dans la pauvreté et les familles déjà pauvres le seront plus encore.

Comment avoir accès aux droits, parler d’égalité des droits sans véritable Service public ?
La dégradation de l’accès aux services publics et à la protection sociale touche tout le monde. Un système à deux vitesses s’établit progressivement dans l’Education, la Santé, les Transports, les retraites … loin de vouloir ralentir cette orientation E. Macron souhaite l’accélérer comme le démontre le rapport CAP 22. Les plus démunis n’auront plus accès qu’à des services low cost.

Programme des 30ème Rencontres de la Coordination Nationale des comités de défense des Hôpitaux et Maternités de proximité

Vendredi 5 octobre 2018
15 h 00 : pose d’une plaque de la Coordination Nationale à l’hôpital
Salle Plaisance, chemin de la Motte des quatre seigneurs- rd point de la Côte de Lumière , Luçon
17 h 30 : Accueil
19 h 00 – 20 h : Repas : Auberge espagnole (avec les spécialités des comités)
20 h 30 – 22 h 30 Débat : Accès aux soins, un droit ! Un centre de santé, une réponse !
Intervenants : Eric MAY, Président de l’Union syndicale des médecins de centres de santé
Monsieur MESSER, délégué de la Mutuelle des Cheminots de la Région
Nantaise.
Une élue du conseil municipal de la Roche-Yon.

Jean-Claude Marx (modérateur)
Samedi 6 octobre 2018 Salle Plaisance
8 h 15 : Accueil
9 h 00 – 9 H 30: ouverture des 30 èmes Rencontres Nationales
Hélène DERRIEN, Présidente de la Coordination
Comité de Luçon : Evelyne DELUZE
Comité de Montaigu : Robert GAUTRAIS
Comité des Sables d’Olonne : Bertrand LAVIGNE
allocution de bienvenue : Monsieur le Maire de Luçon, Conseiller régional
Arnaud Charpentier, Anne-Marie Coulon ,conseillers départementaux
9 h 30 – 11 h 00 : Atelier : les centres de santé
Intervenants : Docteur Éric MAY
Stéphane MESSER
Jean-Claude MARX (modérateur)
11 h 00 : Pause – Point presse
11 h 30 – 13 h 00 : Atelier : La sécurité sociale du XXIe siècle
Intervenants : Jean-Claude CHAILLEY, Résistance sociale
Stéphane MESSER

Victor DUCHESNE, Doctorant en économie, Université Paris 13

Bertrand LAVIGNE (modérateur)
13 h 00 – 14 h 30 : Repas

14 h 30 – 16 h 00 : Atelier : La sécurité sociale du XXIe siècle (suite)
Intervenants : Jean-Claude CHAILLEY
Stéphane MESSER
Victor DUCHESNE
Bertrand LAVIGNE (modérateur)
16 h 00 – 16 h 30 : Pause
16 h 30 – 18 h 30 : Atelier : Stratégie de la Coordination nationale
Intervenants : Hélène DERRIEN, Présidente
Rosine LEVERRIER, Vice-présidente
Joseph MAATOUK, Trésorier
18 h 30 – 22 h 30 : Soirée festive

Dimanche 7 octobre 2018 Salle des fêtes, rue de l’Hôtel de ville, Luçon
8 h 15 : Accueil
9 h 00 – 12 h 30 : Assemblée générale statutaire

Participation à la Fête de l’Humanité

PARTICIPATION DE LA CONVERGENCE DES SERVICES PUBLICS A LA FÊTE DE L’HUMANITÉ
LES 14-15-16 SEPTEMBRE 2018

La Convergence Nationale des Services Publics et la Coordination Nationale des hôpitaux et maternités de proximité vous invitent à venir les rencontrer, échanger, participer aux débat  de leur stand commun lors de la Fête de l’Humanité, situé Avenue Georges Marchais. Les 14,15 et 16 septembre 2018

SAMEDI 15 SEPTEMBRE :

11H00 :   « Protection sociale ou Sécurité sociale ? » avec Jean-Claude Chailley, Résistance sociale et Nicolas Da Silva, Economiste de la santé

14H00 : « Europe, la Santé en danger » avec Marie-Agnès Gilot (Belgique), Anne Teurtroy (Angleterre), Manolis Kosadinos (Grèce), et un représentant du réseau européen France.
16H30 :  « Action Publique 2022 : un choix de société » avec la participation de Bernadette GROISON, SG de la FSU, Baptiste TALBOT – SG CGT Services Publics-, Gaëlle MARTINEZ -Déléguée générale Solidaires Fonction Publique-,  Marie-Pierre VIEU -députée européenne PCF-FDG-, PG, Jacques BOUTAULT -Maire EELV du 2ème arrondissement de Paris-, Michel ROBERTO ROMERO -conseiller régional d’Ile de France et conseiller municipal de Bagneux Génération.s-, Jean-Claude CHAILLEY – SG Résistance sociale- et Jean-Claude BOUAL, -président du collectif des associations citoyennes  (débat animé par Michel JALLAMION, président de la Convergence Nationale des Services Publics)

DIMANCHE 16 SEMPTEMBRE

10H00 Réunion de travail sur la Poste, le nouveau contrat de présence territoriale et étudier les possibilité de porter une lutte volontariste pour la réimplantation des services publics.

12H00 Apéro des luttes. 

14H00 : « Psychiatrie en lutte », avec la participation d’un syndicaliste gréviste de la faim de l’hôpital du Rouvray (Sotteville-les-Rouen), de perchés de l’hôpital Pierre Janet (Le Havre), de grévistes de l’hôpital Pinel (Amiens), de Jean-Pierre Martin (Union syndicale de la psychiatrie)

Pour ceux d’entre-vous qui sont disponibles une réunion de travail de la Convergence en vue de la préparation de son AG aura lieu le VENDREDI 14 SEPTEMBRE 9h30-13h30 à la Bourse du travail de Paris, salle André Tollet, 3 rue du Château d’Eau 75010.

VENEZ NOMBREUX !

OPACITÉ ET INQUIÉTUDES SUR LE DOSSIER «PRISON DE LURE» DOIT ON PENSER QUE LES PAROLES POLITIQUES ET GOUVERNEMENTALES NE SONT QUE DU VENT ?

Pour la nouvelle Maison d’Arrêt à Lure, les arguments sont très solides et nombreux. Nous

listons les principaux ci-dessous.

Aidez nous à les faire mieux passer dans la population, les syndicats, associations, partis…

Il faut emporter la décision avant octobre (plan pénitentiaire national) sinon nous risquons

d’être rejetés.

1- LÉGITIMITÉ HISTORIQUE de l’emplacement luron en remplacement d’une Maison d'Arrêt sise à Lure
depuis deux siècles.
2- ACCORD DE L’ÉTAT par le biais d’une ministre de la justice en exercice Mme TAUBIRA : il y a
OBLIGATION RÉPUBLICAINE de respecter la parole donnée, au risque de désespérer les acteurs et
populations du secteur et de renforcer le sentiment antiparlementaire et hostile aux politiques, de plus en plus
fort ici.
3- UNANIMITÉ RARISSIME des acteurs locaux pour la réalisation de ce dossier : élus, personnels et
surtout citoyens du secteur. C’est un des très rares endroits en France où la population s’est mobilisée pour la construction d’une prison, en ayant bien compris qu’il s’agissait d’un service public de proximité à conserver.
Plus d’une centaine de mairies ont signé la pétition pour le maintien luron.
4- AMÉNAGEMENT ÉGALITAIRE DU TERRITOIRE ET NÉCESSAIRE COMPENSATION. Lure (et
sa région) est une ville sinistrée par les attaques multiples contre les services publics. Conserver le service
public pénitentiaire est donc une compensation absolument indispensable et prioritaire pour le secteur. La
population et les élus l’ont très bien compris.
5- FORTE VALIDITÉ GÉOGRAPHIQUE du site renforcée par les décisions régionales (Grand Est et
Bourgogne Franche Comté) en faveur des lignes ferroviaires : Belfort-Épinal et surtout Mulhouse-Paris
6- BON AVANCEMENT DU DOSSIER ET FACILITÉS ADMINISTRATIVES ET ÉCONOMIQUES.
L’action conjointe des collectivités locales (Département, ComCom et ville de Lure) permettent de limiter les frais et les temps de construction, ce qui ne peut qu’être favorable pour les finances publiques.
7- Argumentaire renforcé pour une nouvelle prison en mettant en avant une POSSIBLE
PARTICULARITÉ ACCRUE ne devant pas effrayer les prisons proches sur leur avenir :
pourquoi ne pas faire de la nouvelle prison un Centre de détention (longues peines) alors que les plus
proches sont très loin et hors Franche Comté.
 pourquoi ne pas créer un centre carcéral disposant aussi d’un pavillon psychiatrique. Notre secteur
dispose d’un centre sanitaire psychiatrique très important et surtout multi-sites. Là encore, il n’y a pas l’équivalent à de nombreux kilomètres de SMPR-Service Médico-Psychologique Régional (unité au sein d’un établissement pénitentiaire) et les UHSA-Unités Hospitalières Spécialement Aménagées sont rarissimes.
pourquoi ne pas donner suite aux discussions menées à l’époque de Mme TAUBIRA pour la création d’une
section féminine, là aussi ces services sont très rarement présents dans nos régions.
8- Attention, Notre demande ne vise PAS À CONCURRENCER LES AUTRES SITES
PÉNITENTIAIRES PROCHES QUI ONT LEUR PROPRE LÉGITIMITÉ, surtout en terme de proximité et d’humanité que la petite taille garantit. Il s’agit de maintenir un service pénitentiaire de qualité en le renforçant
par des constructions nouvelles plus modernes, plus humanisées et plus adaptées et en le dotant de services que les autres maisons régionales n’ont pas.
RAPPELONS LE : les décisions nationales devraient être prises en octobre. IL Y A URGENCE !!!

C’est pourquoi le comité de vigilance propose à celles et ceux intéressés et notamment aux décideurs de

SE RENCONTRER LE VENDREDI 21 septembre
À 11H MAIRIE DE LURE SALLE INTERSERVICES

Lure le 14/09/2018. Le CA du Comité de Vigilance pour le maintien des services publics de proximité