Soutien à la grève à Radio France

La Convergence apporte son total soutien aux salariés de Radio France en grève depuis le 25 novembre dernier à l’appel d’une intersyndicale CGT-UNSA-CFDT-FO-SNJ.

La direction veut supprimer 299 emplois et réaliser 60 millions d’euros d’économies dans quasiment tous les secteurs. Sont concernés :  production, information, formations musicales, administration, services communs comme le nettoyage ou l’accueil…

Certains secteurs sont particulièrement visés : la documentation, FIP, … Le chœur perdrait un tiers de son effectif – il serait réduit de 93 à 60 chanteurs. Ce ne sera donc plus un chœur symphonique. Et si la direction parle de départs volontaires les organisations syndicales n’excluent pas des départs contraints.

Les effets de ces coupes budgétaires vont être catastrophique sur la qualité des contenus. Or cette qualité fait la spécificité et la différence du service public de l’audiovisuel. Elle est attendue par les auditeurs comme en témoignent les bons résultats d’audience. Celle-ci a un coût. Pour la faire vivre, au lieu de faire des coupes dans le budget il faut investir. C’est le sens des revendications du personnel et de leurs organisations syndicales. C’est le sens de notre soutien et de notre combat pour la défense et le développement du service public d’information de qualité.

**********************

Des voix et collaborateurs(trices) des émissions de Radio France, se sont adressé collectivement au Gouvernement et au Ministère de la Culture, pour leur faire part de leur inquiétude dans ce moment crucial que traverse le groupe. Il est possible de s’associer à cette initiative en signant leur pétition

Aéroports de Paris : déjà un million de signatures !

La Convergence nationale des Services Publics se félicite de ce résultat obtenu par l’engagement militant de tous les collectifs et organisations partenaires qui ont répondu à son invitation à « faire décoller » la campagne pour l’obtention de ce référendum ! La Convergence salue les collectivités territoriales et les 248 parlementaires qui ont fait le choix de s’investir dans cette campagne : leur participation est essentielle.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 Le million est dès à présent dépassé de plus de 500 voix : le concours de chacune et chacun a été précieux pour atteindre ce seuil donné le 25 avril 2019 par le président Macron comme devant être celui à retenir pour permettre d’engager le référendum d’initiative partagé (RIP).

Cette première étape est donc franchie !  Il en reste évidemment beaucoup d’autres dont celle primordiale de l’information par les médias. Il s’agit d’un droit constitutionnel nouveau. Nous leur demandons d’en informer les Français comme ils le font à chaque élection. Le gouvernement refuse de livrer un kit aux collectivités locales, il veut faire silence sur ce référendum. C’est un déni de démocratie. 

La Convergence attend du président de la République qu’il honore sa parole. Il en gagnerait en crédibilité.


Quoi qu’il en soit, la mobilisation sociale historique de ce 5 décembre sera l’occasion de franchir de nouvelles étapes. Relevons le défi pour mettre un terme à la vague de privatisation qui sévit depuis 30 ans dans notre pays.

Nos services publics, nos entreprises publiques et notre sécurité sociale nous appartiennent nous refusons de nous en faire déposséder !  

Débat sur les services publics


Comment reprendre la main sur notre vie de citoyen(ne) ?

Dans la suite des débats publics que le collectif citoyen de Paris 15ème  a menés au cours du premier semestre et de ses actions  pour  obtenir un referendum d’initiative partagée sur la privatisation des aéroports de Paris, il organise un grand débat sur les services publics :

  • Qu’est-ce qu’un service public ?
  • Les services publics et leurs agents  représentent-ils un coût ou une richesse pour la collectivité ?
  • De quels services publics a-t-on besoin ?
  • Pourquoi faut-il les défendre ?
  • Comment les améliorer  ?

en présence de Michel JALLAMION, Président de la Convergence nationale des services public