Contrat de présence postal et Maisons France Services : danger !

Le contrat de présence postale territoriale entre l’État, la Poste, l’Association des Maires de France (AMF) a été signé le 5 février

Le collectif national Poste de la Convergence de Défense et de Développement des services publics avait engagé une discussion fructueusee avec des membres du bureau de l’AMF, en vue notamment d’obtenir

  • un rétablissement de l’accord préalable des maires à toute fermeture de bureau de poste et d’étendre cet accord préalable aux horaires,
  • de démocratiser la composition des Commissions Départementales de Présence Postale Territoriale (CDPPT) et de réorienter leur action et leur financement en faveur du maintien et du développement des bureaux de poste ,
  • d’installer de vraies maisons de services publics dans les territoires .

Le gouvernement et la Poste ont émis un veto au rétablissement de l’accord préalable de tous les maires aux fermetures de bureaux et ils osent déclarer réaffirmer « la place centrale du maire dans le dialogue » . Or, sur les 2 milliards d’euros consacrés à l’aménagement du développement des territoires , depuis le premier contrat (2008), 1 milliard 200 millions ont servi aux « transformations », c’est-à-dire à la fermeture des bureaux de poste, remplacés par des agences communales et des relais commerçants qui n’apportent pas les mêmes services avec la même qualité.

Le contrat évoque aussi « la consolidation du rôle central des CDPPT ». Pour continuer cette politique qui vide nos territoires d’un service public de qualité ? Notre proposition d’ouvrir les CDDPT aux usagers et aux personnels a été refusée. Actuellement les CDPPT, à part quelques exceptions, sont une caricature de démocratie. Un comble quand le préambule du contrat évoque l’attention qu’il faut apporter aux attentes de la population, exprimées notamment à travers la colère et les revendications en matière de démocratie participative du mouvement des gilets jaunes au mouvement actuel contre la réforme des retraites.

Les Maisons France Services (MFS) sont présentées comme une solution de proximité. Une MFS avec 2 personnes et un bus par canton ne sont pas au niveau des besoins des populations qui voient disparaître leurs services publics. Nous proposons, à la place, de véritables maisons de services publics avec un nombre suffisant de personnels qualifiés correspondant aux différents opérateurs présents, une gestion participative pour décider notamment des horaires d’ouverture et un financement de l’État et de la Poste dont la situation financière leur permet largement de le faire.

Le collectif national Poste, les collectifs locaux de la Convergence prendront toute leur place avec les usagers, les personnels et les élus locaux dans les actions pour, ensemble, faire vivre, sur le terrain, de véritables maisons de services publics, en lieu et place des MFS et MSAP, et pour proposer aux maires de France de déclarer leurs communes « zones hors fermeture de services publics »

Nous ne laisserons pas le groupe la Poste, en complicité avec le gouvernement, saborder le service public postal ainsi que les autres services publics. Le service public doit permettre l’égalité des droits et s’adapter pour satisfaire les besoins de l’ensemble de nos concitoyens : cela nécessite la proximité, un accueil humain qualifié, des services de qualité.

3 réflexions au sujet de « Contrat de présence postal et Maisons France Services : danger ! »

  • 27 février 2020 à 20 h 53 min
    Permalink

    La coordination des collectifs de defense de la poste du Cher avait aussi fait une démarche auprès du président des maires de France et une demande de rendez-vous au vice président et nous avons rencontré le président des maires du Cher mais nous n’avons pas été entendus! Le Comité de défense de la poste d’Asnières(quartier de Bourges dans le Cher) se bat depuis plus de 3 ans et à fait annuler 2 fois la fermeture du bureau de poste même si une partie des services a été transférée chez un buraliste..Nous avons fait de nombreuses mobilisations avec les habitants et avons constitué une association avec actuellement 84 adhérents. Nous voulons conserver notre bureau de poste et non une agence postale communale.

    Répondre
  • 2 mars 2020 à 10 h 57 min
    Permalink

    Sommes nous bien sur que les agences communales et relais commerçants ne répondent pas aux principaux besoins des habitants dans le rural notamment ? Personnellement, le relais commerçant dans mon village répond à tous mes besoins avec des heures d’ouverture souples permettant d’y avoir accès sans poser une demie-journée de congé.
    Sur MSP /MFS, le numérique peut aussi répondre à de plus en plus de demandes et pourquoi limiter le financement à l’Etat et à La Poste ?
    La question est plus une organisation variable selon les besoins à satisfaire, différents selon la population et le territoire concernés, sans exclue une forme ou l’autre et en tenant compte du numérique.
    Enfin dans les actions, il pourrait aussi y avoir les organisations syndicales !

    Répondre
  • 9 mars 2020 à 19 h 18 min
    Permalink

    Bonjour.
    je viens de découvrir récemment ce fameux contrat de présence postale (privatisation macron)
    vrai danger pour le service public.
    je n’arrive pas à voir le nouveau qui vient d’être signé en février.
    pourriez-vous me le faire parvenir par messagerie.
    J’en parle autour de moi de ce contrat de présence et la dangerosité que cela représente.
    les gens ne sont pas au courant et ils tiennent aux services publics.
    je milite depuis de nombreuses années pour la défense des services publics et non pour les services au public.
    merci par avance

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *