Communiqué du 11 juin 2014

Usagers-cheminots solidaires

La Convergence nationale de défense et de développement de services publics apporte tout son soutien à la lutte des cheminots. Celle-ci rejoint l’intérêt des usagers du transport ferroviaire. La Convergence nationale se retrouve pleinement dans la déclaration de la Convergence Nationale Rail.

Derrière des présentations fallacieuses voulant faire croire à une pseudo réunification de la SNCF, l’essentiel du projet de loi de réforme ferroviaire(en discussion à l’assemblée nationale le 17 juin) vise à transposer les directives européennes d’ouverture à la concurrence des transports ferroviaires en 2019. Le député rapporteur a même évoqué le 3 juin dernier la possibilité de la transformation de la SNCF en société anonyme…

On a vu les conséquences de la libéralisation du transport ferroviaire de marchandises qui s’est traduite par un transfert de trafic sur la route.

Comme avec La Poste, ce ne sont pas les usagers qui peuvent y gagner, eux qui subissent la hausse du prix du train et une tarification aussi injuste qu’incompréhensible, ni les personnels de la SNCF dont le statut et les emplois sont directement visés.

D’un côté, on observe la multiplication des recours aux investisseurs privés au travers des partenariats public privé comme sur la ligne LGV Tours -Bordeaux qui vont une nouvelle fois plomber les comptes de la SNCF et limiter l’accès à ceux qui pourront payer… De l’autre, le risque est de voir laissées pour compte les lignes ferroviaires dites « non rentables ».

La Convergence appelle aux luttes solidaires des usagers, des salariés, des élus pour la défense, la reconquête et la démocratisation du service public. Elle invite les collectifs de défense et de développements des services publics à prendre contact avec les organisations soutenant ce conflit et la Coordination Nationale Rail. Elle invite les élus nationaux et régionaux à refuser de sacrifier le service public ferroviaire au nom de la logique libérale.

Au contraire, de nouvelles orientations doivent être mises en œuvre en matière de transports et d’aménagement du territoire. La SNCF doit être réorientée sur les missions de services publics sur tout le territoire pour un réel droit au transport pour toutes et tous. De nouveaux moyens de financement doivent être pour cela dégagés, la mise en place d’un pôle financier public le permettrait. Cette lutte est emblématique de ce qui est en train de se passer dans l’ensemble des services publics : libéralisation, démantèlement, atteinte aux statuts… au grand damne d’usagers relégués au rang de clients d’oligopoles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.