LE SERVICE PUBLIC : Une idée moderne, révolutionnaire !

 

Service public : Enjeu de société

Avec sa soi-disant consultation (dans le cadre du programme Action Publique 2022 (raison :CAP 22 est le « comité dʼexperts » des  grandes banques, multinationales…), le gouvernement a déclaré la guerre à des services publics déjà affaiblis par des décennies de démantèlement et dʼaustérité imposés par lʼUnion Européenne et son dogme de la « concurrence libre et non faussée » dans tous les domaines. Lʼobjectif est clair : restreindre le champ du service public et démanteler le statut des fonctionnaires et des autres salariés du secteur public (électriciens, gaziers, cheminots, traminots…) ayant conquis un statut protecteur pour eux et garant de leur indépendance et la qualité du service rendu. Tout cela au profit dʼemplois précaires moins nombreux, sous payés,  corvéables à merci et sous la coupe directe de la hiérarchie. Ces régressions menacent autant les usagers que les travailleuses et travailleurs du secteur public, sans parler des pressions sur les conditions dʼemploi dans le secteur privé pris dans une spirale de
nivellement par le bas.

Face au marché, le service public ferroviaire se trouve particulièrement menacé par les projets gouvernementaux. Le président Macron entend aggraver la politique de transport de ses prédécesseurs, déjà farouchement hostiles au rail et au service public, avec lʼabandon de
lʼécotaxe, lʼaugmentation de la TVA sur les billets de train, le sous-investissement ferroviaire pendant quʼon relançait les programmes autoroutiers, lʼautorisation du transport par autocar  privé en concurrence frontale avec le train, le refus de désendetter RFF devenu SNCF Réseau malgré les promesses, les fermetures de lignes, suppressions de trains et  dʼemplois de cheminots et finalement, un décret scélérat décrétant lʼabandon de lʼentretien des lignes ferroviaires « secondaires », « refilé» au bon vouloir des régions. Ce bilan
accablant, alors que le transport routier, lourdement subventionné, est responsable de nuisances sanitaires et écologiques dramatiques, semble ne pas suffire à nos dirigeants : la poursuite des suppressions dʼemplois à la SNCF est au programme, la reconversion de voies de chemin de fer inutilisées en routes pour automobiles autonomes est ouvertement envisagée plutôt que leur rénovation et leur réouverture, lʼabandon des
grands projets ferroviaires ne sʼaccompagne nullement dʼune priorité aux trains du quotidien, comme lʼa fait croire la ministre des transports, mais dʼun désengagement général de lʼÉtat du transport ferroviaire et dʼune priorité encore accrue donnée au transport routier.

Le salut viendra-t-il de la concurrence ?

Cʼest ce que tentent de nous faire croire certains néolibéraux semblant subitement préoccupés de lʼavenir du chemin de fer en France. En réalité ils sont simplement impatients dʼappliquer au plus vite les directives européennes de dérégulation totale du secteur des transports?  La concurrence ne sert pas lʼintérêt général, lʼexemple du fret le montre : depuis plus de dix quʼil est ouvert à la concurrence, les trains, tous opérateurs confondus, convoient beaucoup moins de marchandises quʼavant. Lʼouverture à la concurrence nʼa servi que les entreprises de transports routiers par camions, dont le nombre a explosé, et permis à quelques sociétés privées de sʼaventurer dans le secteur ferroviaire français, en sʼaffranchissant du statut des cheminots de la SNCF… Les « cars Macron » nʼont pas amélioré la desserte du territoire : ils ne sʼaventurent guère dans les territoires ruraux peu peuplés les plus mal irrigués par le rail, plus des trois quarts dʼentre eux se concentrent sur des liaisons parallèles à des voies ferrées, car elles
sʼavèrent plus rentables pour leurs propriétaires ! Comment croire que lʼouverture à la concurrence améliorerait la situation des trains de voyageurs alors quʼune politique dʼÉtat délaisse voire sabote lʼinfrastructure sur laquelle les trains, quʼils appartiennent ou pas à la
SNCF, circulent, et organise une concurrence déloyale de modes de transport beaucoup moins écologiques (automobile, avion à bas coût) avec force subventions ? Comment lʼapparition de nouveaux opérateurs ferroviaires ne déstructurerait-elle pas encore davantage un système ferroviaire volontairement désorganisé et balkanisé, alors que le rail,
mode de transport guidé fonctionnant en réseau, a besoin dʼune vision et dʼune organisation dʼensemble des circulations pour accomplir correctement son rôle dʼirrigation des territoires ?

Lʼurgence de la convergence des luttes

La Convergence Nationale Rail, membre de la Convergence Nationale des Collectifs de Défense et de Développement des Services Publics, lance un Appel-Manifeste pour le service public ferroviaire en France afin dʼalerter et mobiliser le plus largement possible.
Nous exigeons notamment :
– lʼabandon de lʼouverture à la concurrence dans le secteur ferroviaire, le retour à une SNCF unifiée dont la priorité absolue soit le chemin de fer en France et fonctionnant comme un service public, donc non assujettie à la rentabilité financière ;
– lʼarrêt immédiat des suppressions dʼemplois à la SNCF et un plan pluriannuel de créations de postes pour répondre aux besoins des usagers ;
– la reconnaissance de la dette du système ferroviaire comme une dette dʼÉtat que ni les cheminots ni les usagers nʼont à payer ;
– la sauvegarde et la rénovation urgente de lʼinfrastructure ferroviaire, la réouverture et la modernisation de lignes et de trains, de jour et de nuit, dans tout le pays, dans la cadre dʼune politique de développement équilibré du territoire évitant lʼhypertrophie des métropoles et la désertification rurale, qui prévoie également la sauvegarde, le retour et le développement des autres services publics menacés (Poste, hôpitaux et maternités, écoles, etc.) et une réindustrialisation de la France dans le respect de lʼhumain et de lʼenvironnement ;
– une augmentation du versement transport qui ouvre la voie à un financement abondant le service public ferroviaire, avec des tarifs accessibles pour les usagers.
Convergence nationale des collectifs de défense et de développement des Services Publics : www.convergence-sp.fr
Convergence Nationale Rail : http://www.convergence-nationale-rail.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *