Rencontre de la Convergence Nationale avec l’association des maires de France (AMF)

De gauche à droite : Michel Jallamion (président de la Convergence), Christophe Voilliot (FSU), Philippe Laurent (SG AMF et président du Conseil Supérieur de la Fonction Publique Territoriale), Denis Turbet Delof (Solidaires)
Une délégation de la convergence nationale a été reçue vendredi 12 janvier par Philippe Laurent, secrétaire général de l’Association des Maires de France.
Nous lui avons présenté notre initiative de « contre offensive » du projet gouvernemental CAP 2022.
C’en est suivi un échange qui nous a permis de constater que sur de nombreux points, nos deux approches sur les services publics sont assez proches et surtout éloignées de celle portée par le gouvernement.

Les services publics sont une spécificité française liée à l’histoire à laquelle la population reste fortement attachée malgré une dégradation réelle de l’offre de service.

Cette dégradation est le fruit de nombreuses réformes qui ont notamment affaiblit un maillage territorial indispensable pour l’égalité territoriale.

Convergence entre nous également sur l’utilisation outrancière de la numérisation et de la dématérialisation dont l’objectif est essentiellement la baisse des coûts non l’amélioration de la réponse aux besoins des usagers. Elle ne saurait remplacer l’humain . Le dernier rapport du défenseur des droits va également dans ce sens.
Les élus locaux sont au contact direct de la population et connaissent la dégradation des services publics mais également leur utilité, leur nécessités pour nos concitoyens et nos entreprises.
L’AMF considère comme nous que la question des services publics mériterait un vrai débat national ce que le projet CAP 2022 ne permettra pas.
L’ AMF est disposée à échanger avec nous sur ces sujets lors de nos initiatives que nous présentons aux médias le 16 janvier à 11H00 au sénat :
– questionnaire en ligne et papier
– débats publics sur les territoires
– meeting au mois de mars
L’AMF invitera ses membres à participer activement à ces différents rendez-vous.
L’avenir des services publics se joue aujourd’hui.
Le choix est simple entre une société déshumanisée, connectée et individualiste contre une société de partage et de solidarité s’appuyant dur des services publics modernes, efficaces et répondant aux besoins des usagers, démocratisés et au plus près des citoyennes et citoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.