La Souterraine : Pour un plan de rupture

Depuis des années, les gouvernements successifs accompagnent les plans de désindustrialisation, subventionnant le patronat et laissant sur le bord de la route, les salarié-·es et leur famille. D’une entreprise à l’autre, la méthode est la même, cruelle, cynique : diminution des commandes de grands groupes (Caterpillar, PSA et Renault…), délocalisation, mise en difficulté des entreprises, précarisation et suppression d’emplois…Ensuite vient le temps des belles promesses, des repreneurs de site accueillis comme des sauveurs, soutenus par des aides publiques pour ensuite mieux les dépouiller.

Depuis des années, les gouvernements successifs détruisent le Service Public,
externalisant et privatisant les parties les plus rentables et diminuant sa bonne marche afin de rendre le service moins efficace pour justifier la réforme au nom d’une nécessaire « modernisation ». Opposer les agentes et agents du public aux salarié.es du privé, prétexter des avantages pour mieux s’attaquer au statut de la Fonction Publique, dénigrer les mouvements de résistance en parlant de « prise d’otage », sont autant d’attaques d’une politique qui n’est plus au service de la population. Là encore, le mépris est au rendez-vous, faisant applaudir le personnel soignant tout en continuant de casser le service hospitalier ou
proposant une minute de silence pour un professeur assassiné dans une Education Nationale de plus en plus dépouillée.

Depuis des années, les gouvernements successifs se soumettent au pouvoir économique, privilégiant le profit à court terme au détriment de l’humain et de l’environnement, désertifiant les territoires ruraux et ghettoïsant les quartiers populaires. Alors que le réchauffement climatique et la pandémie démontrent qu’on ne peut dissocier le social de l’environnement et que l’urgence nécessite une prise en compte mondiale du problème, les résolutions de la COP 26 ne sont pas à la hauteur des enjeux, continuent dautoriser une consommation d’énergie de plus en plus importante et le chacun pour soi, tout en
culpabilisant nos comportements individuels.

Et pourtant, notre monde ne manque pas de richesses. L’économie mondiale continue de prospérer mais comme le dit OXFAM, « l’écart entre les riches et les pauvres ne cesse de se creuser : au sommet, les richesses s’accroissent de façon vertigineuse, tandis qu’elles diminuent au bas de l’échelle. Depuis 2015, 1 % de la population mondiale est plus riche que l’ensemble des 99 %. » Les derniers scandales des Pandora Papers et ses dizaines de milliards échappant à l’impôt, « légalement » nous dit-on encore sans sourciller, sont à mettre en
parallèle avec les 100 € offerts gracieusement par le gouvernement aux personnes vivant avec moins de 2000 € par mois pour pallier la montée du prix du carburant, du gaz, de l’électricité.

Assez de mépris !! Assez de mensonge !! L’Histoire n’est pas finie, organisons la riposte !

Moins d’emploi, moins de salaire, moins de Service Public, moins de protection sociale pour la majorité de la population, pour nous, les premières et premiers de cordée, les productrices et producteurs de richesse, ceux et celles qui pourtant font vivre au quotidien les valeurs de la démocratie. N’attendons pas de sauveur suprême dans les rangs de celles et ceux qui nous exploitent jour après jour et détruisent la nature, et prenons nos affaires en main.

Nous appelons les travailleuses et travailleurs, les agentes et agents, les usagères et usagers, les élu.es, les citoyennes et citoyens de Creuse et d’ailleurs à se réunir le 18 décembre 2021 à La Souterraine afin de faire entendre notre voix.

Nous ferons entrer dans le débat public le projet de loi écrit par les GM&S pour que plus jamais, les salarié-·es ne soient jeté-·es comme des mouchoirs par des donneurs d’ordres qui ont le droit de vie ou de mort sur les sous-traitants. Cela dure ainsi depuis des années et les restructurations sont banalisées. A la merci de ces donneurs d’ordres, trop de salarié-es de la ditions de travail, ou même comme les GM&S, se voient licencier.

Nous relaierons l’appel du collectif « plus jamais ça » qui affirme : « une opportunité historique nous est donnée : celle d’une remise à plat d’un système injuste, climaticide et sexiste. Celle de réaliser les changements politiques nécessaires, les plus importants de ces dernières décennies. Celle d’un progrès collectif, jamais réalisé depuis des générations, pour un monde juste et durable. Celle de construire un monde « d’après » qui profite à toutes et tous et non plus à une minorité privilégiée, et préserve notre avenir et celui de la planète. »
Toutes et tous, ensemble, exigeons un monde meilleur pour nous et pour les nouvelles générations. Capitalisons nos colères et construisons ensemble le jour d’après, celui qui marquera enfin la disparition de l’exploitation et de sa classe dominante. Un monde, juste, féministe, solidaire, écologique et durable !

Cette mobilisation est une première étape d’un mouvement qui a vocation à s’amplifier et à imposer dans le débat national préélectoral une alternative aux politiques libérales mortifères, au saccage de la planète et aux idées nauséabondes d’extrême droite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.