Menaces sur la gériatrie en Val de Marne et à l’AP-HP

Depuis des mois, la Coordination de vigilance du GHU H Mondor, forte de ses nombreux soutiens, a suscité un mouvement qui, visiblement, commence à ébranler la Direction générale de l’AP-HP et celle de l’Agence régionale de la Santé(ARS) d’Ile de France.

Il se confirme  que les fermetures de 150 lits de Soins de Longue Durée (SLD) qui devaient être mises en œuvre fin juin, ne le seront pas. L’AP-HP reconnait avoir mis  « la charrue avait été mise avant les bœufs » :ces suppressions de lits n’avaient été décidées que pour raisons économiques et avant même qu’il y ait un projet médical, des promoteurs pour la construction d’EHPAD et qu’une réflexion n’ait été menée avec les premiers intéressés.

Plusieurs rencontres entre d’une part, l’AP-HP et les syndicats, et d’autre part, l’ARS et le Conseil Départemental, ont montré à quel point les usagers et les personnels ,  avaient eu raison de réagir, toutes et tous ensemble pour exiger un moratoire et l’ouverture d’un débat avec ces responsables.

Ce débat l’ARS le refuse toujours, elle ne daigne pas répondre aux demandes de rendez-vous de la coordination. Visiblement le Dialogue social ne fait parti de leurs pratiques!

De ces rencontres, il faut acter

  • Qu’il n’y aura à court terme aucune suppression de lits de Soins de Longue Durée (SLD), et plus généralement, leur nombre est dés-à-présent réduit dans le Val-de-Marne comme dans le reste de l’Ile-de-France(IDF)
  • Que le chiffre avancé, de 1200 lits supprimés en IDF, ne correspondait à aucune étude de besoins
  • Qu’il faut trouver un opérateur public pour les « EHPAD » à construire avant toute suppression de lits SLD, mais aussi créer un centre de santé hospitalier au sein de l’Hôpital E.Roux et un vrai service d’Hospitalisation à domicile (HAD)
  • Que la rénovation et l’Humanisation du bâtiment abritant les SLD, est une exigence, et que l’ampleur de ces travaux dépend des moyens que l’AP-HP n’a pas, et c’est la vrai raison des suppressions de lits dans ce cadre
  • Qu‘il  n’est pas question de suppression d’emplois, tant les besoins de personnels de gériatrie sont importants.

Autant de sujets et de préoccupations qui animent depuis le début de la mobilisation syndicale et celle de la Coordination  prenant en compte la situation de l’Université, des Urgences et d’autres services hospitaliers, rendent plus que jamais indispensables des États Généraux de l’Hôpital et du Médico-Social, dans le Sud de notre région. 

C’est ce qui sera demandé au Préfet, représentant du Gouvernement, lors de l’audience qui a été demandée à l’occasion de notre rassemblement du 13 juin prochain à midi devant la Préfecture à Créteil.

Pour soutenir cette demande la coordination appelle à signer une pétition formulant ces exigences.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *