Chinon : Sauvons l’hôpital

Chinon : Sauvons l’hôpital

Le Collectif Convergence d’Indre et Loire les Rassembleurs chinonais du Dimanche sont à l’initiative d’un appel pour alert sur la situation du Centre Hospitalier du Chinonois qui est en danger.

Ils constatent ces dernières années que la qualité de soin et d’accueil se dégrade. Ces atteintes à la santé de la population ont connu leur paroxysme récemment avec la fermeture temporaire des urgences, de la materniser et la poursuite accentuée des suppressions de lits. En cause : des moyens humains et financiers insuffisants avec pour conséquence un personnel soignant maltraité et épuisé.

Ils sont citoyens, usagers, membres ou non d’organisations syndicales, associatives ou politiques. Ils partagent toutes et tous la me exigence de disposer d’un hôpital sur leur territoire qui soit en adéquation avec les besoins de sa population. A ce titre ils interpellents les élus et le gouvernement. La loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2023 est mise en débat à l’Assemblée Nationale à partir du 20 octobre. Elle détermine 80% du budgets des hôpitaux.

Ils en appellent solennellement aux pouvoirs publics et aux parlementaires pour que ne soient pas réitérées les erreurs du passé. Ils demandent que soient réévalués les moyens accordés aux hôpitaux, notamment à celui de Chinon. Ils sont déterminés à se mobiliser pour sauver ce Service Public vital.

Ils ont initier une pétition.

Signez la pétition

Ils organisent un premier rassemblement public le jeudi 20 octobre à 20h Salle Olivier Debré, à la mairie de Chion

Le retour des services publics, méthode Macron

La visite d’Emmanuel Macron en Mayenne le 10 octobre devait marquer  » le retour des services publics dans les territoires »
On pouvait donc s’attendre à des annonces de réouverture de maternités, de services hospitaliers, d’écoles, de bureaux de postes, de lignes ferroviaires, etc.. tant les fermetures depuis quelques décennies ont été nombreuses et lourdes de conséquences en terme d’aménagement du territoire et d’accès aux services publics.

De fait, alors que dans un contexte social particulièrement dégradé les besoins de la population sont plus que jamais avérés, la journée s’est soldée par la promesse de réouverture de six sous préfectures d’ici la fin de l’année…..
Chacun appréciera !  Ce que n’a pas manqué de faire le collectif de défense et de développement de Mayenne dans son communiqué :

 

Télécharger le document

Les Ch’tis Douaisiens veulent conserver leur Centre Hospitalier !

Les Ch’tis Douaisiens veulent conserver leur Centre Hospitalier !

 

L’ensemble des murs porteurs de la maison « Centre Hospitalier de Douai » s’effondre : Finances insuffisantes, pénurie de personnels, de lits et ses infrastructures pourtant récentes se détériorent.

Il n’est plus possible pour le gouvernement, leur satellite quest l’ARS (Agence Régionale de Santé) des Hauts de France et le Directeur du CH de Douai de le camoufler.

Aucune décision n’est pour l’instant prise pour stopper cette marche vers le chaos.

Pourtant des solutions existent. Pour stopper la maltraitance du personnel et des patient(e)s, et faire revenir les hospitaliers qui ont quitté l’hôpital, il faut :

Effacer la dette de l’Hôpital, comme celle de tous les hôpitaux publics ;

La mise en stage des personnels de santé toujours maintenus en CDD…

Améliorer les conditions de vie et de travail des personnels hospitaliers qui étaient applaudis pendant la pandémie et qui sont aujourd’hui méprisés ;

Des mesures salariales pour fidéliser les médecins et prioriser leur affectation à l’hôpital…

Déclencher une hausse immédiate des salaires et du point d’indice pour rattraper 12 ans de perte de pouvoir d’achat…

Majorer les heures de nuit, de dimanches et de fériés…

Reconnaître les qualifications ;

Déclencher un plan d’urgence pour la formation avec l’augmentation du nombre de places dans les centres de formation et les facultés de médecine…

Aujourd’hui, il y a urgence, notre hôpital public de Douai est en danger

En diminuant constamment les moyens de l’Hôpital le gouvernement valide la destruction de notre Centre Hospitalier de Douai en développant toujours le plus de PPP (Partenariat-Public-Privé)

Toutes les activités du Centre Hospitaliers de Douai doivent revenir et demeurer en filière publique qui garantisse une prise en charge de qualité, financer à 100% par la Sécurité Sociale !

Nous voulons sauvegarder et développer le Service Public Hospitalier dans le Douaisis et en France.

LA SANTÉ N’A PAS DE PRIX !!!

Signez la pétition

Le 27 janvier, la Convergence des services publics avec les salarié·e·s !

Le 27 janvier, la Convergence des services publics avec les salarié·e·s !

la Convergence de défense et développement des services publics soutient la journée d’action à l’appel des syndicats du jeudi 27 janvier pour l’emploi et les salaires. Elle invite les salariés à y participer massivement.

Les politiques d’emploi et de salaire dans la fonction publique et les services publics sont aujourd’hui responsables d’une crise profonde se traduisant par des effectifs insuffisants et des difficultés de plus en plus grande de recrutement particulièrement dans la santé ou l’éducation. Cela donne lieu au recours en urgence aux retraités, aux agences intérimaires, au recrutement de contractuels sans que ceux-ci ne disposent toujours des formations et parfois des diplômes requis.

Les difficultés actuelles résultent bien des choix effectués visant à réduire l’emploi dans la fonction publique et les services publics eux-mêmes.
La valeur du point d’indice de la fonction publique est inchangée depuis une dizaine d’années, ce qui conduit à chaque augmentation du SMIC à des mesures de rattrapage pour y ajuster le minimum de rémunération . Cela s’accompagne d’une forte réduction de l’amplitude des carrières et d’une baisse de l’attractivité de la fonction publique.

Les solutions gouvernementales et patronales visent à multiplier les primes défiscalisées et « désocialisés » (heures supplémentaires, primes covid, primes énergie…) pour ne pas répondre aux demande de revalorisation des salaires qui s’expriment dans tous les secteurs d’activité. L’objectif visé est de supprimer des ou les cotisations sociales pour rapprocher le salaire net du salaire brut, mais cela se fait au détriment des solidarités : ceux sont ces cotisations (le salaire socialisé) qui permettent de financer la sécurité sociale pour prendre en charge les dépenses dues à la maladies, celles liées à la famille, la retraite.…
Face aux difficultés à vivre de beaucoup de nos concitoyennes et concitoyens, et ouvrit un avenir à notre jeunesse il y a besoin de faire prévaloir d’autre choix en matière d’emplois et de salaire : redévelopper les services publics, embaucher dans tous les secteurs d’activité dans le privé comme dans la fonction publique et les services publics comme dans le privé.
Retrouvons nous tous ensemble dans les manifestations du jeudi 27 janvier.

Paris le 19 janvier 2022

La Souterraine : Pour un plan de rupture

La Souterraine : Pour un plan de rupture

Depuis des années, les gouvernements successifs accompagnent les plans de désindustrialisation, subventionnant le patronat et laissant sur le bord de la route, les salarié-·es et leur famille. D’une entreprise à l’autre, la méthode est la même, cruelle, cynique : diminution des commandes de grands groupes (Caterpillar, PSA et Renault…), délocalisation, mise en difficulté des entreprises, précarisation et suppression d’emplois…Ensuite vient le temps des belles promesses, des repreneurs de site accueillis comme des sauveurs, soutenus par des aides publiques pour ensuite mieux les dépouiller.

Depuis des années, les gouvernements successifs détruisent le Service Public,
externalisant et privatisant les parties les plus rentables et diminuant sa bonne marche afin de rendre le service moins efficace pour justifier la réforme au nom d’une nécessaire « modernisation ». Opposer les agentes et agents du public aux salarié.es du privé, prétexter des avantages pour mieux s’attaquer au statut de la Fonction Publique, dénigrer les mouvements de résistance en parlant de « prise d’otage », sont autant d’attaques d’une politique qui n’est plus au service de la population. Là encore, le mépris est au rendez-vous, faisant applaudir le personnel soignant tout en continuant de casser le service hospitalier ou
proposant une minute de silence pour un professeur assassiné dans une Education Nationale de plus en plus dépouillée.

Depuis des années, les gouvernements successifs se soumettent au pouvoir économique, privilégiant le profit à court terme au détriment de l’humain et de l’environnement, désertifiant les territoires ruraux et ghettoïsant les quartiers populaires. Alors que le réchauffement climatique et la pandémie démontrent qu’on ne peut dissocier le social de l’environnement et que l’urgence nécessite une prise en compte mondiale du problème, les résolutions de la COP 26 ne sont pas à la hauteur des enjeux, continuent dautoriser une consommation d’énergie de plus en plus importante et le chacun pour soi, tout en
culpabilisant nos comportements individuels.

Et pourtant, notre monde ne manque pas de richesses. L’économie mondiale continue de prospérer mais comme le dit OXFAM, « l’écart entre les riches et les pauvres ne cesse de se creuser : au sommet, les richesses s’accroissent de façon vertigineuse, tandis qu’elles diminuent au bas de l’échelle. Depuis 2015, 1 % de la population mondiale est plus riche que l’ensemble des 99 %. » Les derniers scandales des Pandora Papers et ses dizaines de milliards échappant à l’impôt, « légalement » nous dit-on encore sans sourciller, sont à mettre en
parallèle avec les 100 € offerts gracieusement par le gouvernement aux personnes vivant avec moins de 2000 € par mois pour pallier la montée du prix du carburant, du gaz, de l’électricité.

Assez de mépris !! Assez de mensonge !! L’Histoire n’est pas finie, organisons la riposte !

Moins d’emploi, moins de salaire, moins de Service Public, moins de protection sociale pour la majorité de la population, pour nous, les premières et premiers de cordée, les productrices et producteurs de richesse, ceux et celles qui pourtant font vivre au quotidien les valeurs de la démocratie. N’attendons pas de sauveur suprême dans les rangs de celles et ceux qui nous exploitent jour après jour et détruisent la nature, et prenons nos affaires en main.

Nous appelons les travailleuses et travailleurs, les agentes et agents, les usagères et usagers, les élu.es, les citoyennes et citoyens de Creuse et d’ailleurs à se réunir le 18 décembre 2021 à La Souterraine afin de faire entendre notre voix.

Nous ferons entrer dans le débat public le projet de loi écrit par les GM&S pour que plus jamais, les salarié-·es ne soient jeté-·es comme des mouchoirs par des donneurs d’ordres qui ont le droit de vie ou de mort sur les sous-traitants. Cela dure ainsi depuis des années et les restructurations sont banalisées. A la merci de ces donneurs d’ordres, trop de salarié-es de la ditions de travail, ou même comme les GM&S, se voient licencier.

Nous relaierons l’appel du collectif « plus jamais ça » qui affirme : « une opportunité historique nous est donnée : celle d’une remise à plat d’un système injuste, climaticide et sexiste. Celle de réaliser les changements politiques nécessaires, les plus importants de ces dernières décennies. Celle d’un progrès collectif, jamais réalisé depuis des générations, pour un monde juste et durable. Celle de construire un monde « d’après » qui profite à toutes et tous et non plus à une minorité privilégiée, et préserve notre avenir et celui de la planète. »
Toutes et tous, ensemble, exigeons un monde meilleur pour nous et pour les nouvelles générations. Capitalisons nos colères et construisons ensemble le jour d’après, celui qui marquera enfin la disparition de l’exploitation et de sa classe dominante. Un monde, juste, féministe, solidaire, écologique et durable !

Cette mobilisation est une première étape d’un mouvement qui a vocation à s’amplifier et à imposer dans le débat national préélectoral une alternative aux politiques libérales mortifères, au saccage de la planète et aux idées nauséabondes d’extrême droite.

Défendons le service public postal en Val de Marne

Défendons le service public postal en Val de Marne

Alors qu’elle a réalisé plus de 2 milliards d’euros de bénéfice en 2020, la direction de la Poste veut se désengager de ses missions de service public sur l’ensemble du territoire. Elle utilise la crise sanitaire pour accéler ce mouvement.
Dans le Val de Marne pour 2021, ceux sont 45 des 82 bureaux de Poste qui sont menacés de fermeture ou de réduction des horaires d’ouverture. Cela concerne déjà 16 communes (Bry, Charenton, Choisy, Créteil, Fontenay, Ivry, Le Perreux, Limeil-Brévannes, Orly, Saint-Mandé, Saint Maur, Saint Maurice, Thiais, Valenton, Villeneuve Saint-Georges, Vincennes). D’autre communes sont concernées d’ici la fin de l’année. Mais toutes le seront à court ou moyen terme.
La direction de la Poste du Val de Marne veut ouvrir plus tard les bureaux, les fermer plus tôt voire entre 12h et 14h et même des demi-journées ou journées complètes dans la semaine. Tous les usagers seront pénalisés et notamment ceux qui se rendent à leur bureau de Poste avant ou après leur journée de travail ou pendant leur pause méridienne. Cette réduction des horaires d’ouvertures risque de faire baisser la fréquentation de ces bureaux, baisse de fréquentation qui servira de prétexte pour fermer définitivement le bureau comme de nombreux exemples le prouvent.
Ces mesures sont la conséquence des suppressions de postes de guichetières et de guichetiers. Selon les communes c’est 20 à 25 % d’emplois en moins. Cela se traduit aussi par une dégradation des conditions de travail des personnels.

La direction de La Poste prétend palier les fermetures de bureaux avec l’ouverture de Relais Poste Commerciaux qui ne proposent au mieux que 20 % des services assurés par les bureaux de plein exercice et notamment les services financiers (Banque postale ou distributeur de billets).

Pour la Convergence de Défense et de Développement des Services Publics la Poste est et doit rester un service public de proximité pour répondre aux besoins de la population et en premier lieu des plus démunis que ce soit sur le plan économique que numérique.

Durant la pandémie le besoin d’un service public postal fort et présent partout a été revendiqué tant par la population, les élus, les organes de presse et les entreprises.
Au delà de la Poste c’est le gouvernement qui est responsable de cette politique qui vise la course au profit au détriment de la satisfaction des besoins des usagers. La Convergence va interpeller la représentante du gouvernement dans notre département, la Préfète du Val de Marne. Elle appelle usagers, postiers et élus à un RASSEMBLEMENT DEVANT LA PRÉFECTURE le 1 juin de 16h30 à 18h30.

Elle appelle à signer la pétition

Pour un service public de proximité,

Défendons le service public postal en Val de Marne

 

  • Non aux fermetures et ux réductions des horaires d’ouverture de bureaux
  • Non aux suppressions d’emplois de guichetière et de guichetiers

Pour le service public postal en Val de Marne

2000 élus pour défendre l’Aubrac

2000 élus pour défendre l’Aubrac

2000 élus, maires, conseillers municipaux et communautaires, conseillers départementaux, régionaux, députés et sénateurs, au travers de délibérations dans leurs collectivités ou par des lettres, ont porté l’exigence des populations, d’obtenir de l’État un engagement et une participation financière à la hauteur des enjeux climatiques et d’équilibre des territoires pour la réhabilitation et la modernisation de la ligne de « l’Aubrac ». Ils soulignent que l’Europe vient de décider de réduire de 55 % les émissions de CO2 d’ici 2032. Le choix du ferroviaire, mode de transport le plus propre pour les voyageurs et les marchandises, s’impose. Il en est un des vecteurs essentiels. La ligne de « l’Aubrac » se trouve au cœur de ces enjeux.Sur nos photos les responsable du Comité pluraliste pour que vive la ligne SNCF du Massif Central, Béziers_Clermont Ferrand- qui se sont chargé d’envoyer au Ministre Délégué auprès de la Ministre de la Transition Écologique Chargé des transports ces lettres et délibérations.

Faire passer le train de nuit Paris – Briançon par Pertuis en 2021

Faire passer le train de nuit Paris – Briançon par Pertuis en 2021

Plusieurs collectifs d’usagers des Alpes du Sud militent depuis cet été pour que le train de nuit Briançon-Paris passe par Pertuis pendant la durée des travaux (9 mois) sur les lignes Veynes-Valence et Veynes-Grenoble. Ce projet n’a rien de farfelu mais la SNCF n’en veut pas et s’entête à vouloir un service de car couteux et polluant pour remplacer le train.

Les maires et leurs conseils municipaux demandent aussi de maintenir cette ligne de vie indispensable. Comme personne ne juge bon de leur répondre les collectifs s’adressent au gouvernement pour s’étonner comment de telles décisions peuvent-elles être prises depuis Paris sans échange avec les élus du territoire au moment où les Alpes du sud nourrissaient l’espoir de sortir au plus vite d’une année terrible d’isolement et de mise à l’arrêt des activités sociales, culturelles, sportives que les aides de l’Etat peinent à compenser.

Ils soulignent combien « un tel manque de dialogue, et de souplesse dans l’exploitation, discrédite les annonces récentes de relance des trains de nuit et du fret ferroviaire »

Ils appellent les Ministres « instamment à reprendre en main ce dossier et à prendre, en lien avec le territoire, la seule bonne décision qui s’impose : faire circuler le train de nuit Paris – Briançon via la ligne Cavaillon-Pertuis en 2021 »

A Tours, pour une régie publique de l’eau !

A Tours, pour une régie publique de l’eau !

A Tours comme ailleurs, l’eau , c’est un bien commun, qui doit être gérée en régie publique!

En Indre et Loire, de plus en plus d’élus prennent leurs responsabilité et mettent en place des régies publiques, ainsi dans les communautés de communes de Chinon et Loches.
Dans la métropole de Tours (300 000 habitants), la majorité de la population est desservie par des régies publiques, avec en premier lieu, l’ancienne régie publique de Tours.
Le vice-président de la métropole en charge du dossier a la particularité d’être un adepte de la délégation. Comme il y a une montée de la demande de mise en place d’une régie , les manœuvres s’engagent… On nous évoque un projet de société d’économie mixte! On virerait Véolia et on lui offrirait un nouveau fauteuil en la faisant passer par la fenêtre (à moi les bons contrats de la métropole…).
La dernière manip a été la tentative de supprimer en catimini la tarification sociale pour le 40 premiers m3 de la ville de Saint-Pierre-des-Corps et de réduire parallèlement la tarification pour les gros consommateurs d’eau…
Avec l’association Eau-Touraine, nous avons alerté les élus progressistes de la métropole de ce mauvais coups.
Éventé, le mauvais coup a raté. Le point a été retiré in extremis de l’ordre du jour.
Avec Eau-Touraine, la Convergence 37 demande la mise à plat des dossiers,… et le débat sur la régie publique!